Mondiaux de ski alpin: Faivre, l'or du phénix

Publié le à Cortina d'Ampezzo (Italie) (AFP)

Mathieu Faivre, en difficulté depuis plusieurs saisons, a créé la sensation en devenant vendredi champion du monde du géant trois jours après son titre en parallèle pendant que son compatriote Alexis Pinturault, immense favori, est sorti pour l'une des plus grosses désillusions de sa carrière.

Mathieu Faivre domine un podium complètement inattendu. L'Italien Luca De Aliprandini est 2e à 63/100 et l'Autrichien Marco Schwarz 3e à 87/100. Aucun de ces trois skieurs n'était monté sur un podium de géant cette saison.

Il est arrivé sur la pointe des pieds, Mathieu Faivre repart double champion du monde.

Pas de podium depuis octobre 2019. Pas de victoire depuis décembre 2016 à Val d'Isère, la seule de sa carrière. Numéro deux mondial du géant en 2017, Mathieu Faivre, renvoyé chez lui prématurément après le géant des Jeux olympiques en 2018, se cherche depuis près de quatre ans. Il a opéré en deux semaines une spectaculaire renaissance.

C'est là, à l'entraînement notamment à Reiteralm (Autriche) qu'il a retrouvé son ski réputé sur le circuit pour sa finesse et sa justesse, à la faveur de quelques réglages sur le matériel et dans la tête.

Le Niçois de 29 ans, parfois ombrageux, longuement fâché avec un média de référence dans le ski alpin, débute mardi par le sympathique mais peu coté parallèle individuel, proposé pour la première fois aux Mondiaux. Pas favori, il l'emporte, se réjouit, mais attend son heure pour sa "vraie" course, le géant, son unique spécialité.

Sur une piste hyper exigeante il a su rester vendredi le plus solide, faire le moins d'erreurs possibles pour prendre tout le soleil de Cortina d'Ampezzo pour lui seul.

Alors qu'il avait l'habitude de l'ombre de son glorieux rival et compatriote Alexis Pinturault.

Un an après un premier titre, il termine 3e des Mondiaux juniors en 2011, lorsque Pinturault est lui sacré.

Pinturault débarque ensuite en trombe sur le circuit et devient petit à petit l'un des meilleurs skieurs français de l'histoire, laissant loin derrière Faivre même sur ses bonnes années.

- Pinturault à la faute -

Vendredi, après avoir découpé la première manche et la plupart de ses adversaires, Pinturault s'est élancé en dernier comme il en a l'habitude (12 victoires après 15 meilleurs chronos en première manche en Coupe du monde).

Mais une faute l'a envoyé au tapis dès les premières portes provoquant la stupéfaction dans l'aire d'arrivée. Après deux médailles sur le super-G (bronze) puis le combiné (argent), il avait tout pour réussir des Mondiaux de rêve.

Il reste pour l'instant ce trou dans son gros palmarès, cette absence de titre ou de globe en géant, sa meilleure discipline, où il compte 17 victoires en Coupe du monde.

Le Savoyard a plusieurs raisons de se remobiliser rapidement: le slalom, dès dimanche, où il est outsider, puis la quête du gros globe de cristal. En tête aux deux-tiers de la saison, il est favori pour devenir le premier français à remporter le titre majeur du ski alpin depuis Luc Alphand en 1997.

Jamais monté sur un podium dans sa carrière, Luca De Aliprandini a ravi les quelques spectateurs et sauvé l'Italie de Mondiaux pour l'instant désastreux.

L'Autrichien Marco Schwarz a lui montré une nouvelle fois sa grande forme, après son titre sur le combiné lundi. Il est le favori du slalom de dimanche.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info