Mort de Steve: les grandes dates de l'affaire

Publié le à Paris (AFP)

Les grandes dates de l'affaire du décès du jeune Steve Maia Caniço à Nantes en juin 2019, dans laquelle un commissaire divisionnaire vient d'être mis en examen pour homicide involontaire.

- Fête de la Musique -

Dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, Steve Maia Caniço, un animateur périscolaire de 24 ans, disparaît lors de la Fête de la musique à Nantes.

Le jeune homme participait à une soirée techno sur un quai de la Loire non équipé de garde-corps, interrompue vers 4H30 par des échauffourées entre fêtards et policiers venus faire respecter l'heure limite de diffusion de la musique.

Des participants à la soirée dénoncent une intervention policière disproportionnée, menée dans un nuage de gaz lacrymogène aveuglant et ayant semé la panique. Tombées à l'eau, plusieurs personnes ont été repêchées dans la Loire par les secours.

La police affirme de son côté qu'il n'y a eu "aucune charge" des forces de l'ordre qui ont selon elle riposté à des jets de projectiles.

- Où est Steve? -

Signalée le 23, la disparition de Steve fait l'objet d'un appel à témoins, d'une enquête du parquet de Nantes puis d'une information judiciaire. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) est saisie.

Le 29, un millier de personnes défilent dans le calme à Nantes derrière une banderole "Où est Steve?".

Une plainte collective de plusieurs dizaines de participants à la soirée est déposée le 3 juillet "pour mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique".

Dix plaintes de policiers blessés sont aussi enregistrées.

Le 10 juillet, le Défenseur des droits Jacques Toubon s'auto-saisit.

- Corps retrouvé -

Le 29 juillet, le corps de Steve est retrouvé dans la Loire.

Edouard Philippe annonce le 30 que le rapport de l'IGPN n'établit pas de lien entre l'intervention de la police et la disparition de Steve.

Il juge que l'intervention policière était "justifiée" et pas "disproportionnée".

Convenant que l'enchaînement des faits demeure "confus", le Premier ministre promet "toute la lumière" et saisit l’Inspection générale de l'administration (IGA).

- Dépaysement de l'enquête -

La Cour de cassation décide début septembre de dépayser l'enquête à Rennes.

Le 10 septembre, des sources proches de l'enquête confirment une information du Canard enchaîné selon laquelle le portable de Steve émettait un signal au moment de l'intervention policière. L'IGPN faisait jusque-là simplement état d'un SMS envoyé une heure auparavant.

- Sanction contre un commissaire -

Le 14, Christophe Castaner annonce la mutation du commissaire chargé des opérations pendant cette soirée, dont un rapport de l'IGA critique le "manque de discernement".

Le ministre de l'Intérieur se refuse toutefois à établir un lien entre l'opération de police et la disparition de l'animateur.

- Nouvelles informations judiciaires -

Le 28 mai 2020, le procureur de la République de Rennes indique que deux nouvelles informations judiciaires "contre X" ont été ouvertes.

Le 21 juin, plusieurs milliers de personnes défilent à Nantes lors d'une marche blanche.

Le 6 octobre, une reconstitution est organisée pour déterminer le moment de sa chute "à la minute près".

- Tombé "dans le temps de l'intervention" -

Le 17 juin 2021, le parquet de Rennes annonce que le jeune homme est tombé dans la Loire "dans le temps de l'intervention de la police nationale".

Plusieurs personnes, dont des responsables policiers et la maire de Nantes Johanna Rolland, sont convoquées par le juge d'instruction d'ici à la fin septembre.

- Première mise en examen -

Le 20 juillet, le parquet annonce la mise en examen du commissaire divisionnaire chargé du dispositif policier pendant cette soirée, Grégoire Chassaing.

Un autre commissaire est placé sous le statut de témoin assisté.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info