Mutation du virus: l'Europe desserre le cordon sanitaire autour du Royaume-Uni, l'OMS se réunit

Publié le à Londres (AFP)

Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi mais il faudra plusieurs jours pour desserrer le cordon sanitaire qui entoure le Royaume-Uni depuis la découverte d'une variante du coronavirus, la branche européenne de l'OMS devant se réunir dans la matinée pour mettre au point une stratégie.

Pour la première fois depuis dimanche, des véhicules avec passagers ont débarqué sur le port de Calais (France) en provenance de Douvres dans la nuit, a constaté l'AFP.

Mais il faudra "quelques jours" pour désengorger la zone et permettre aux milliers de camions bloqués autour du port de passer la Manche, après l'accord trouvé avec Paris autorisant la reprise des traversées moyennant un test Covid négatif, a indiqué mercredi le gouvernement britannique.

Selon le ministre britannique des Collectivités locales, Robert Jenrick, quelque 4.000 poids lourds étaient bloqués mardi soir dans le Kent (sud-est), autour de la zone portuaire: de 700 à 800 sur l'autoroute menant de Londres au port de Douvres et près de 3.000 sur un ancien aéroport voisin, où les chauffeurs pourront se faire tester.

La réouverture de ce port stratégique fait suite à un accord de sortie de crise entre Londres et Paris pour permettre aux chauffeurs contraints de rester au Royaume-Uni de quitter le pays moyennant un test Covid rapide.

Cette décision éloigne la menace de pénuries après le blocage en Angleterre de milliers de camions à la suite de la suspension pour 48 heures par la France du transport de marchandises accompagnés, dont le Royaume-Uni est très dépendant.

La France et la Belgique avaient auparavant annoncé mardi soir un allègement de certaines restrictions instaurées depuis l'annonce dimanche d'une forte circulation en Grande-Bretagne de cette nouvelle souche du Covid-19.

- Premiers trains -

A condition de s'être organisés pour se faire dépister à temps, des Français de Londres ont profité mercredi matin de la reprise des liaisons en Eurostar pour rentrer passer Noël en famille.

Peu avant le départ du premier train à la gare de Saint-Pancras à 09H06 locales et GMT, dans un terminal toutefois plus calme que d'ordinaire, des passagers se pressaient aux guichets ou se présentent à l'embarquement, traînant leurs valises et sortant leur sésame: un résultat de test négatif.

"J'avais déjà pris un billet lundi, finalement ils l'ont repoussé à aujourd'hui, j'espère pouvoir partir", explique à l'AFP Francesco, 28 ans, étudiant dans la capitale britannique. "Les vacances en famille, c'est important".

Paris a autorisé dès mercredi, sous réserve de test négatif au variant du Covid, le retour du Royaume-Uni de ses ressortissants et des personnes résidant sur son territoire ou dans l'UE, ainsi que de celles qui "doivent effectuer des déplacements indispensables". La Belgique, les Pays-Bas et la République tchèque ont adopté des mesures similaire

- Liaisons coupées -

Côté britannique, les restaurateurs souffrent particulièrement de la situation, à l'image de Pascal Aussignac, chef étoilé Michelin installé depuis 22 ans à Londres, et comptait sur Noël pour se refaire une santé financière après une année calamiteuse pour cause de pandémie.

"J'ai cinquante chapons et canards en attente côté français, ils n'arriveront jamais à temps pour le repas de Noël car on aurait dû les farcir" mardi, explique-t-il à l'AFP. Les restaurants ont dû fermer quasiment du jour au lendemain la semaine dernière en pleine période des fêtes, cruciale.

L'Allemagne, qui comme des dizaines d'autres pays a coupé ses liaisons avec le Royaume-Uni, n'a pas annoncé d'assouplissement des restrictions prévues jusqu'au 6 janvier. Idem pour l'Espagne.

En Suisse, où les stations de ski s'apprêtaient à accueillir à bras ouverts les touristes britanniques, les hôteliers sont en plein désarroi face aux annulations en cascade.

L'interruption brutale, dimanche, des liaisons avec le Royaume-Uni par cinquante pays du monde va aussi priver priver de nombreux voyageurs ou expatriés de réunions familiales pour les fêtes.

- Réunion d'experts -

L'OMS Europe doit se réunir mercredi pour discuter des stratégies à mettre en oeuvre face au variant du coronavirus. "Ce sera une réunion fermée d'experts (...) et une opportunité pour les autorités sanitaires britanniques de faire un point sur la situation et répondre aux questions liées", a précisé une porte-parole.

La campagne de vaccination dans l'UE devrait commencer dimanche. En France, "quelques dizaines" de personnes seront vaccinées dans plusieurs maisons de retraite.

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a démarré mercredi par contre en Suisse: une femme de plus de 90 ans dans le canton de Lucerne a été la première patiente, ont annoncé les autorités.

Le laboratoire allemand BioNTech, à l'origine avec Pfizer du premier vaccin contre le Covid-19 autorisé au monde, a assuré être capable de fournir un nouveau vaccin "en six semaines" en cas de mutation du virus comme celle détectée au Royaume-Uni.

Pour faire face à une croissance "extraordinaire" des cas de nouveau coronavirus, l'Irlande va se reconfiner du 24 décembre au 12 janvier, avec certains assouplissements et des exceptions pour les fêtes de Noël.

- Biden et Fauci vaccinés -

Aux Etats-Unis, le président élu Joe Biden et l'immunologue Anthony Fauci ont reçu une première dose de vaccin devant les caméras de télévision. Le président américain Donald Trump a de son côté rejeté mardi le plan de relance de quelque 900 milliards de dollars adopté par le Congrès, le qualifiant de "honte" et réclamant une forte augmentation du montant des chèques envoyés aux familles.

Joe Biden a pour sa part annoncé qu'il demanderait l'an prochain au Congrès de voter un nouveau plan de soutien à l'économie américaine.

Au Mexique, le gouvernement a annoncé qu'il lancera jeudi sa campagne de vaccination contre le Covid-19, une fois arrivé le premier lot de vaccins Pfizer/BioNTech. Le Mexique est le quatrième pays le plus endeuillé en chiffres absolus - derrière les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde.

La pandémie a fait au moins 1.703.500 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP mardi. Plus de 77.272.040 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

burs-fio/at

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info