Nom de la Macédoine: le Parlement grec joue le dernier acte

Publié le à Athènes (AFP)

Les députés grecs sont appelés jeudi à mettre un terme à 30 ans de contentieux entre la Grèce et la Macédoine, en se prononçant sur le nouveau nom de la République balkanique voisine, une question qui sème la zizanie sur l'échiquier politique grec.

Entamé mercredi, le débat doit se conclure dans la nuit de jeudi à vendredi par un vote sur l'accord gréco-macédonien signé en juin dernier rebaptisant le pays voisin en "République de Macédoine du nord".

Dehors, devant le Parlement à Athènes, les partisans du "non" sont appelés à manifester jeudi soir à l'appel des organisations défendant "la grécité" de la Macédoine.

Dimanche, un rassemblement de dizaines des milliers de personnes avait fini en affrontements entre un groupe de manifestants encagoulés et les forces anti-émeutes, faisant une quarantaine de blessés, dont au moins quatre journalistes et 25 policiers.

Le gouvernement avait pointé du doigt "des extrémistes" d'Aube Dorée, le parti néo-nazi.

La majorité des partis politiques grecs affiche une opposition farouche au nouveau nom de la Macédoine du Nord: de l'extrême droite aux socialistes du Kinal et aux communistes KKE, en passant par la grande formation de la droite Nouvelle-Démocratie, qui compte 78 députés.

Malgré cette opposition vent debout, l'accord devrait en principe être validé par au moins 151 voix sur les 300 du Parlement.

Après le "oui" des députés de Macédoine du Nord il y a deux semaines, la ratification par le Parlement grec doit être le dernier acte d'une querelle datant des années 90, lors de la création de ce petit pays balkanique.

Outre la normalisation des relations bilatérales, la mise en vigueur de l'accord ouvrira la voie de l'adhésion de la Macédoine du Nord à l'Union européenne et à l'Alliance atlantique, entravée jusqu'ici par le veto d'Athènes.

Mais en Grèce, l'appellation du pays voisin continue à nourrir la polémique à la fois dans la classe politique et dans la société, à quelques mois des élections législatives prévues en octobre.

La coalition gouvernementale d'Alexis Tsipras a été la première victime de cette controverse la semaine dernière: le départ du fidèle allié du Premier ministre, le parti souverainiste des Grecs Indépendants (Anel), et la démission de son leader Panos Kammenos du portefeuille de la Défense ont de facto affaibli la majorité du gouvernement.

Lors d'un vote de confiance, Alexis Tsipras a su s'assurer du soutien de 151 députés, une majorité toutefois fragile.

Outre les 145 élus de son parti Syriza, le Premier ministre mise sur les voix d'au moins quatre autres députés, dissidents des petits partis de centre-gauche Kinal ou Potami.

- Manque de consensus -

A droite, le dirigeant de Nouvelle Démocratie Kyriakos Mitsotakis a appelé ses députés à "l'unité" en fustigeant un "mauvais" accord.

"Les lignes nationales du pays ont été violées", a-t-il dénoncé en accusant le gouvernement d'avoir cédé au pays voisin "l'identité et la langue macédoniennes".

Pour de nombreux Grecs, surtout du nord du pays, où la province de Macédoine est le lieu de naissance du roi antique Alexandre le Grand, le mot "Macédoine" n'appartient qu'au patrimoine historique grec. Certains redoutent même que le pays voisin ait des tentations d'annexion de la province grecque du même nom.

"Ces inquiétudes sont exagérées", a indiqué à l'AFP Yannis Armakolas, professeur de sciences politiques à l'Université de Thessalonique, déplorant le manque "de consensus des partis" et de "vrai débat public" sur une question d’importance nationale.

Si l'accord n'entre pas en vigueur, "les conséquences de l'échec seront importantes", a prévenu Matthew Nimetz, le médiateur onusien sur la question, dans un entretien à l'Agence de presse grecque Ana.

Le leader de l'opposition Kyriakos Mitsotakis ne cesse lui de réclamer des élections anticipées. Il a promis "une nouvelle négociation" avec le pays voisin, si l'accord n'est pas entériné par le Parlement et en cas de victoire aux prochaines élections.

Mais pour Matthew Nimetz, un nouvel accord "prendrait des années à être conclu, compte tenu du nombre de sujets (négociés dans l'accord actuel), la différence de dynamique politique entre les deux pays et les changements régionaux et internationaux".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

C’est probablement parce que vous voulez à tout prix éviter les conflits que vous apparaissez très conciliant.

Taureau

Vous réfléchissez beaucoup sans pour autant poser des actes concrets. Vous prenez votre temps.

Gémeaux

Vous ne craignez pas de blesser votre interlocuteur. Vous dites ce que vous pensez sans mettre de gants.

Cancer

Vous convenez assez facilement d’un bon arrangement qui contente tout le monde.

Lion

Vous ressortez déçu d’une réunion ou d’une discussion qui ne se passe pas comme vous le souhaitiez.

Vierge

Vous envisagez un remaniement professionnel. Vous êtes probablement lassé de la fonction que vous occupez.

Balance

Si quelque chose vous déplaît, vous n’hésitez pas à le faire savoir. Vous réagissez au quart de tour.

Scorpion

Vos revenus sont instables. Vous devez dans l’urgence revoir complètement vos priorités en termes de dépenses.

Sagittaire

Ne soyez pas trop optimiste, même si c’est dans votre nature. Regardez la vérité en face.

Capricorne

Vous trouvez l’appui extérieur. Vous pouvez enfin vous reposer sur une personne de confiance.

Verseau

Vous avez beaucoup de difficultés à vous détacher de quelqu’un ou de quelque chose. Vous êtes beaucoup trop nostalgique.

Poissons

Il suffit d’un détail, d’un petit grain de sable dans l’engrenage pour vous faire perdre tous vos moyens.

Notre sélection d'annonces