Orages: toujours 32 départements en alerte, et d'importants dégâts

Publié le à Paris (AFP)

Toitures perforées, velux explosés, caves inondées... Les orages de la nuit ont particulièrement frappé Val d'Oise, Yvelines, région de Cognac et une partie du vignoble bordelais, où l'on se hâtait de réparer et bâcher avant un nouvelle épisode dans la journée de lundi, avec 32 départements en alerte.

Les services d'incendie et de secours sont intervenus plus de 2.000 fois sur tout le territoire national, après de violents orages dans la nuit de dimanche à lundi.

Des interventions "notamment pour des arbres et branches couchés par les vents, des chutes d'objets, des bâchages de toitures endommagées, des épuisements de caves et des nettoyages de chaussée", précise le ministère de l'Intérieur.

Vingt-sept départements avaient été placés dimanche en alerte orange. En tout, 47.722 éclairs ont été recensés dans le ciel français par Météorage, une filiale de Météo-France.

"Le velux de la chambre de ma fille a explosé à cause d'un grêlon gros comme une balle de tennis, et il y avait du verre partout dans son lit et ses jouets. Elle a cru que c'était la fin du monde", raconte Christelle Blontrock, une habitante du village d'Atainville, le plus touché du Val d'Oise.

En fin de matinée, les habitants de ce village s'activaient pour remettre en place les tuiles arrachées et installer des bâches.

"On s'empresse de tout réparer maintenant car on a peur qu'avec la pluie qui est annoncée, les choses empirent", expliquait Pierre Leroux, retraité, dont l'abri de jardin a eu le toit criblé de trous par les grêlons.

L'Eure et L'Eure-et-Loir ont également été particulièrement touchés, selon le ministère de l'Intérieur.

Plus au nord, dans l'Oise, la mairie de Baron indique "qu'il y a énormément de personnes qui ont de l'eau dans leur lit, qui se sont réveillées avec les pieds dans l'eau". D'autres communes comme Ermenonville, Ormoy-Villers et Versigny ont été affectées.

En Aquitaine, le secteur de Cognac a lui beaucoup souffert des rafales de vent qui ont atteint 130 km/h.

Les pompiers parlent de dégâts "très importants" avec des "toitures envolées et des arbres tombés", et expliquent que "l'enjeu a été de trouver des bâches et des échelles" pour restaurer les couvertures avant le passage de nouveaux orages.

- Dégâts dans les vignobles -

Comme souvent dans ces épisodes orageux du printemps, les vignobles n'ont pas été épargnés. Celui de Bordeaux en appellation Médoc a essuyé un violent orage de grêle. "C'est irrégulier mais il y a des parcelles où il n'y a plus de feuilles sur les branches", a confié à l'AFP un conseiller viticole de propriétés du Médoc, Antoine Médeville, du laboratoire Oenoconseil.

Selon lui, sur une zone regroupant 4 à 5 villages à l'est de Lesparre-Médoc, au nord des appellations Margaux et Saint-Estèphe, "près de 50% du vignoble a été touché, 25% pour les uns et quasiment 100% pour les autres", a-t-il dit.

L'alerte orange était déclenchée lundi pour la Creuse, les Landes, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, la Haute-Vienne, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, l'Ile-de-France, la Haute-Normandie, le Centre, Poitou-Charentes, la Dordogne et la Gironde.

"Après une relative accalmie en matinée d'aujourd'hui lundi, l'activité orageuse va reprendre et s'intensifier à partir de cet après-midi", indiquait Météo-France dans son dernier bulletin en fin de matinée.

"De nouveaux orages forts, voire violents, sont attendus du Sud-Ouest à la frontière belge. Ces orages seront accompagnés de violentes rafales de vent (qui pourront avoisiner et même dépasser les 100 km/h), d'activité électrique soutenue, de pluies intenses sur de courtes périodes et parfois de chutes de grêle", ajoute le communiqué.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.