Pas de répit au Karabakh, inquiétude croissante pour les civils

Publié le à Goris (Arménie) (AFP)

Forces séparatistes arméniennes du Nagorny Karabakh et armée azerbaïdjanaise poursuivaient sans relâche lundi leurs affrontements, pour la deuxième journée consécutive marquée notamment par des bombardements en zones urbaines qui font craindre de nouvelles victimes civiles.

Le ministère des Affaires étrangères des indépendantistes du Karabakh a indiqué que leur capitale, Stepanakert, peuplée de 50.000 habitants, avait été visée par "des tirs de roquettes intensifs".

Selon un témoin, interrogé par l'AFP, la ville a subi trois heures de bombardements et beaucoup de résidents ont fait le choix de partir. Les autres se terrent dans les abris. De nombreuses constructions portent les stigmates de deux jours de frappes: bâtiments effondrés, éclats plantés dans les façades, vitrines soufflées...

Dimanche, des deux côtés du front, des tirs d'artillerie, principalement des roquettes, avaient déjà visé des villes, en particulier Stepanakert, sa voisine Choucha ou, en Azerbaïdjan, Gandja, deuxième ville du pays à 60 km de la ligne de contact, ou encore Beylagan.

Selon Bakou, les frappes en zones urbaines azerbaïdjanaises ont repris lundi sur ces mêmes cités et d'autres comme Agjabedi.

Le conseiller présidentiel azerbaïdjanais Hikmet Hajiyev a diffusé sur Twitter une vidéo présentée comme ayant été filmée sur le marché central de Gandja, dont les vitres étaient soufflées, dénonçant une attaque "dont le seul but est de faire des victimes civiles".

Côté arménien comme azerbaïdjanais, les journalistes de l'AFP ont vu des habitations éventrées par des tirs.

Selon des bilans officiels, les bombardements dimanche ont fait quatre morts parmi les habitants de la république autoproclamée, et cinq en Azerbaïdjan, ainsi que de nombreux blessés.

Comme ils l'ont fait depuis la reprise du conflit le 27 septembre, les belligérants se rejettent la responsabilité de l'escalade.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a indiqué que le médiateur du conflit au Karabakh, composé de la France, de la Russie et des Etats-Unis, préparait une nouvelle déclaration et des "mesures concrètes pouvant être prises pour empêcher le sang de couler".

- "Des chiens !" -

Dimanche soir, il s'était inquiété de "la hausse du nombre de victimes" civiles.

Les séparatistes, soutenus politiquement et militairement par l'Arménie, et les Azerbaïdjanais, n'ont donné aucun signe de vouloir travailler à une trêve.

Le Comité international de la Croix-Rouge a lui condamné "les bombardements aveugles" qui ont détruit ou touché des centaines de maisons et d'infrastructures clés comme des hôpitaux et des écoles.

A Goris, dernière ville d'Arménie avant le Karabakh, des distributions de vivres s'organisent pour les déplacés. Siroun Kotcharian, une retraitée de 65 ans déplacée par le conflit, raconte avoir dû fuir les combats dès le premier jour lorsqu'une "bombe est tombée sur la maison voisine".

Le Nagorny Karabakh, majoritairement peuplé d'Arméniens, a fait sécession de l'Azerbaïdjan à la chute de l'URSS, entraînant au début des années 1990 une guerre qui a fait 30.000 morts. Le front y est quasiment gelé depuis un cessez-le-feu signé en 1994, malgré des heurts réguliers.

Les hostilités actuelles représentent une crise parmi les plus graves, sinon la plus grave, depuis 1994.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, dans un discours télévisé, a assuré dimanche que l'offensive continuerait jusqu'à ce qu'au retrait arménien du Karabakh, réclamant en outre "des excuses" au Premier ministre arménien Nikol Pachinian.

"On les chasse comme des chiens!", a-t-il encore lancé au sujet de ses adversaires.

- "Victoires imaginaires" -

Bakou revendique nombre de succès sur le terrain, notamment la prise de villes et villages, ce que la partie arménienne dément.

Lundi, l'armée a cependant pour la première fois diffusé des images de Talich, localité qui aurait été prise vendredi, où l'on peut voir des soldats azerbaïdjanais patrouiller dans des rues désertes, brandissant le drapeau du pays.

Le ministère arménien de la Défense avait estimé lundi matin que "la partie azerbaïdjanaise proclame des victoires imaginaires et répand des +fake news+ sur des bombardements arméniens de zones habitées azerbaïdjanaises".

Le bilan des morts - toujours très partiel, Bakou ne communiquant pas ses pertes militaires - s'établit lui à 266, dont 221 soldats du Karabakh, 18 civils du territoire séparatiste et 25 Azerbaïdjanais. Mais chaque partie affirme avoir tué de 2.000 à 3.000 soldats ennemis.

Une escalade du conflit pourrait avoir des conséquences imprévisibles, plusieurs puissances étant en concurrence dans le Caucase: la Russie, le traditionnel arbitre régional, la Turquie, alliée à l'Azerbaïdjan, ou encore l'Iran.

Les Turcs sont déjà accusés d'aggraver le conflit en encourageant Bakou à l'offensive militaire et sont soupçonnés d'avoir déployé des mercenaires syriens pro-turcs au Karabakh.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a exhorté lundi Ankara, membre de l'alliance, à "user de son influence pour calmer les tensions".

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info