Pédocriminalité dans l'Eglise: le président de la commission Sauvé expose ses travaux devant les évêques

Publié le à Lourdes (AFP)

Un an après avoir accepté de présider une commission sur la pédocriminalité dans l'Eglise, Jean-Marc Sauvé rend compte de ses travaux jeudi devant les évêques à Lourdes, à deux jours d'un vote de l'épiscopat sur un geste financier pour les victimes.

"Nous découvrons beaucoup de douleurs et de souffrances, beaucoup de vies abîmées (...). C'est une expérience dont on ne peut pas sortir inchangé ni indemne", résume M. Sauvé pour décrire ses premiers mois à la tête de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase).

Cette instance, à laquelle les quelque 120 évêques français ont donné leur feu vert l'an dernier, réunit une vingtaine de membres chargés de faire la lumière sur les crimes commis par des clercs ou des religieux depuis la fin des années 1950. Et de rendre des préconisations pour "début 2021", explique l'ancien vice-président du Conseil d'Etat à plusieurs médias, dont l'AFP.

Ses travaux ont commencé début juin par un appel à témoignages auprès de victimes, lesquelles, quand elles acceptent, sont longuement auditionnées. En quatre mois, 2.500 appels téléphoniques, mails et courriers ont été reçus; 800 personnes ont répondu à un questionnaire détaillé et environ 25 victimes ont été entendues.

La plupart sont des hommes (60%), agressés lorsqu'ils étaient mineurs (90%), affirme M. Sauvé. Ils ont aujourd'hui, à 85%, plus de 50 ans. Dans 88% des cas, il n'y a pas eu de procédure judiciaire. Et pour une "part significative", ce sont des personnes "qui n'en n'ont jamais parlé" à leurs proches.

"2.500 appels, ce n'est pas considérable", estime-t-il, au regard des 40 millions de personnes qui ont, selon lui, pu avoir approché, depuis les années 1950, de près ou de loin, la confession catholique (catéchisme, établissements scolaires, mouvements de jeunesse).

- Tâche colossale -

Et de rappeler l'ampleur "colossale" de la tâche qui attend sa commission, reçue jeudi en fin de matinée par les quelque 120 évêques catholiques de France réunis en assemblée plénière depuis mardi et jusqu'à dimanche.

Sa commission, indépendante mais dont le financement provient à la fois de la Conférence des évêques de France (CEF) et des congrégations et institutions religieuses, devra aussi évaluer les mesures prises par le clergé depuis les années 2000 face aux abus sexuels.

Samedi, l'épiscopat doit justement prendre une décision sur le versement d'une "somme" financière portant "reconnaissance de la souffrance subie par les victimes", une question sur laquelle travaillent depuis un an les évêques et des personnes victimes.

L'évêque Pascal Delannoy, responsable de cette question à la CEF, a affirmé jeudi devant la presse à Lourdes que cette "somme" --terme finalement préféré à celui d'"allocation"-- serait "forfaitaire", "unique" et "versée qu'une seule fois".

Elle ne serait "pas un dédommagement", lequel est "l'affaire des tribunaux", ni une "réparation d'un préjudice". "Nous parlons de la reconnaissance" de la souffrance, a-t-il dit.

Son montant fait partie des discussions. Il concernerait les victimes déjà passées par des procédures judiciaires ou celles pour qui les faits sont prescrits.

Les évêques devront aussi se prononcer sur la création d'un "fonds spécifique de dotation", alimenté par un appel aux dons permettant de financer cette allocation.

Ce dispositif, avant même d'avoir été voté, a fait réagir plusieurs victimes qui travaillent avec l'épiscopat sur le sujet, dont certaines sont présentes ce jeudi à Lourdes. Préférant un système d'indemnisation, avec barème, elles ont mis en garde contre un "forfait au rabais" et une simple opération "de communication".

M. Sauvé affirme que sa commission n'"a pas de commentaire à faire" sur ce sujet. "L'Eglise prend les décisions qui lui paraissent utiles et nécessaires". La Ciase les évaluera "comme l'ensemble des mesures prises par l'Eglise depuis 2000", dit-il.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous êtes sur votre nuage sur le plan sentimental. Vous rencontrez quelqu’un et tendez à vous emballer.

Taureau

Vous misez sur votre charme ou votre pouvoir de séduction pour obtenir quelque chose. On ne vous résiste pas.

Gémeaux

Vous vous intéressez sincèrement aux autres. Bienveillant, vous rendez de nombreux services à vos proches.

Cancer

Vous êtes satisfait de vos bons résultats professionnels. Vous ne lâchez rien et continuez sur votre lancée.

Lion

C’est une bonne journée pour faire part de vos sentiments à quelqu’un. Vous mettez votre cœur à nu.

Vierge

Vous êtes fragilisé, ému par une rencontre ou des retrouvailles avec une personne qui a beaucoup compté pour vous.

Balance

Vous mettez de l’ordre dans vos comptes. Il est temps aussi de payer quelques factures.

Scorpion

Ne demandez pas l’impossible aux autres, vous risquez d’être déçu. Faites les choses par vous-même.

Sagittaire

Vous séduisez, plaisez assez facilement, vous n’avez aucune peine à faire une rencontre ou à rallumer la flamme avec l’être aimé.

Capricorne

C’est auprès d’un ami ou d’un collègue de travail que vous vous confiez en toute franchise.

Verseau

L’argent arrive plus facilement si vous avez des attentes sur ce plan. Une démarche ou votre travail porte ses fruits.

Poissons

Vous idéalisez ou mettez quelqu’un sur un piédestal. Faites attention, car vous risquez d’être déçu.

Notre sélection d'annonces