Pénuries d'essence au Royaume-Uni: médecins et autres travailleurs essentiels inquiets

Publié le à Londres (AFP)

"Nous ne pouvons pas passer deux ou trois heures dans des files d'attente quand nous avons des patients à voir": face aux pénuries de carburants au Royaume-Uni, médecins et autres travailleurs essentiels pressaient mardi le gouvernement d'agir pour leur permettre de se ravitailler.

De longues files d'attente se sont formées ces derniers jours devant les stations-service du pays. Les automobilistes, souvent sur les nerfs, s'y sont rués après l'annonce par certains distributeurs de la fermeture de points de vente en raison du manque de chauffeurs routiers disponibles pour acheminer les carburants.

"Si c'est comme hier, je vais manquer d'essence", s'est inquiété auprès de l'AFP Divyesh Ruparelia, un chauffeur de taxi de 58 ans qui n'a pas réussi à trouver d'essence lundi.

Cette situation exceptionnelle, dernière conséquence en date des pénuries de main-d'oeuvre causées par la pandémie et le Brexit, a poussé le gouvernement à demander lundi soir à l'armée de se tenir prête à intervenir "si nécessaire".

David Brown, président de la National Courier and Despatch Association, qui représente des sociétés indépendantes de livraison, a expliqué à l'AFP ne pas constater l'apaisement espéré après plusieurs jours de tensions.

Sa société, Prestige Cars and Couriers, a dû refuser certaines demandes. "Ma flotte est réduite, il est très difficile de prévoir si nous pouvons effectuer les trajets", a-t-il expliqué.

Les organisations de médecins, d'infirmiers ou encore de personnel pénitentiaire souhaitent que les travailleurs essentiels aient un accès prioritaire aux stations-service, dont beaucoup sont à sec.

Sur SkyNews, le vice-président de la British Medical Association, David Wrigley, a expliqué que les médecins ne pouvaient pas perdre "deux ou trois heures" à patienter devant les stations-service alors qu'ils avaient des malades à soigner.

Certaines écoles envisagent de repasser en enseignement à distance si les enseignants ne peuvent se rendre dans les établissements.

- Armée prête -

Le gouvernement doit "se ressaisir" face à la crise du carburant et utiliser les pouvoirs d'urgence pour réserver l'usage de certaines stations-service aux travailleurs essentiels, a exigé Unison, importante organisation du secteur public du pays.

Face à la crise, le gouvernement a appelé les chauffeurs de l'armée à se préparer à livrer, si nécessaire, du carburant aux stations-service. Ils recevront une formation spécialisée avant d'être déployés.

Toutefois, le ministre des Transports, Grant Shapps, s'est voulu rassurant, évoquant mardi de "premiers signes timides de stabilisation des stocks des stations-service".

"Plus tôt nous pourrons tous revenir à nos habitudes d'achat normales, plus tôt la situation reviendra à la normale", a-t-il déclaré à la télévision.

"Les niveaux extrêmement élevés de demande vus au cours du week-end se sont atténués", a souligné sur SkyNews Brian Madderson, président de la Petrol Retailers Association, qui représente des stations-service. Il espère y voir les "premiers signes d'un retour à l'équilibre au cours de la semaine".

Pour tenter de résoudre les difficultés de recrutement et attirer davantage de chauffeurs routiers étrangers, le gouvernement a récemment annoncé assouplir temporairement les règles en matière de visas afin d'attirer davantage de chauffeurs étrangers.

Le manque de chauffeurs, estimé à 100.000, dure depuis plusieurs mois à cause de la pandémie et du Brexit combinés, le Parti travailliste accusant le gouvernement conservateur de Boris Johnson de s'être "endormi au volant" et ne pas être intervenu assez tôt.

Les problèmes de livraison touchent aussi les rayons des supermarchés, les fast-foods, les pubs, entre autres, qui déplorent des retards de livraisons et stocks épuisés sur certains produits.

Pour Nick Thomas-Symonds, député du Labour, la crise liée au carburant est due à "l'incompétence totale" du gouvernement et à sa "gestion du Brexit".

Olaf Scholz, le ministre allemand des Finances et potentiel prochain chancelier, a lui aussi pointé la responsabilité du Brexit dans la crise actuelle.

"Nous avons travaillé dur pour convaincre les Britanniques de ne pas quitter l'Union européenne", a déclaré M. Scholz lundi, mais "maintenant qu'ils ont décidé de le faire, j'espère qu'ils pourront gérer les problèmes qui en découlent".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info