Philippines: dans l'île dévastée de Bohol, l'appel à l'aide des survivants du typhon

Publié le à Loboc (Philippines) (AFP)

Au milieu des ruines de sa maison, Concepcion Tumanda pleure. "Nous n'avons plus rien", se lamente-t-elle, quelques jours après le passage dévastateur du typhon Rai sur son île des Philippines.

"La maison est détruite, tout est démoli", se plaint à l'AFP Mme Tumanda, une habitante de la ville de Loboc, sur la côte de l'île de Bohol, où le typhon a déversé des pluies torrentielles, arraché des toits et des arbres et renversé des bateaux de pêche.

Connue pour ses sites de plongée, ses curieuses collines de forme cônique et ses tarsiers - de petits primates aux grands yeux -, Bohol est l'une des provinces des Philippines les plus durement touchées par Rai. Les autorités y ont recensé 98 morts et 16 disparus, sur un bilan national d'au moins 375 morts.

Le gouverneur de l'île, Arthur Yap, a exhorté le président Rordigo Duterte à lui envoyer des fonds pour acheter de l'eau et des aliments pour les habitants. L'île est en outre largement privée d'électricité et de communications.

"On a besoin de nourriture, surtout du riz, de l'eau", dit Giselle Toledo, dont la maison a été emportée par les inondations. "Nous n'avons rien pu sauver. Nous ne savons pas comment reprendre nos vies".

Le typhon, accompagné de vents qui ont atteint 195 km/h, a également semé la mort et la désolation sur les îles de Siargao, Dinagat et Mindanao.

Le président Duterte a déclaré l'état de catastrophe naturelle dans les régions affectées, débloquant des fonds pour l'aide d'urgence et donnant aux autorités locales le pouvoir de contrôler les prix.

- "Accélérez l'aide !"

L'armée a déployé des navires, des avions et des camions pour apporter des aliments, de l'eau potable et de l'aide médicale aux survivants. La Croix Rouge distribue également des denrées, et de nombreux pays ont promis plusieurs millions de dollars d'assistance.

Mais pour les autorités locales et les habitants, cette aide n'arrive pas assez vite.

"S'il vous plaît, accélérez l'aide! C'est notre dernier espoir car nous n'avons rien d'autre", supplie un travailleur d'un restaurant flottant sur la rivière Loboc qui a été détruit par le typhon.

Sur les routes de Bohol, de longues files de gens attendant pour remplir des bidons d'eau se sont formées. "L'eau est notre principal problème", dit Jocelyn Escudero, réfugiée avec sa famille dans un centre d'évacuation après avoir perdu sa maison.

"Les bidons apportés par les agences d'aide humanitaire ne sont pas très grands, ils font juste cinq litres, alors on est à court d'eau tout le temps", poursuit-elle, ajoutant avoir "juste assez" de nourriture pour pouvoir tenir une journée.

Beaucoup ont fui leurs maisons à l'approche du typhon, mais certains ont décidé de rester coûte que coûte, pour veiller sur leurs propriétés, leurs cochons et leurs poules.

Certains se sont retrouvés coupés du monde par les inondations et ont passé trois jours sans manger, raconte Pedro Acuña, le chef d'un village, qui a finalement réussi à leur apporter des aliments à bord d'un bateau à rames.

Près d'une semaine après le passage du typhon, des habitants tentent toujours de récupérer des meubles et d'autres biens dans les décombres de leurs logements.

Telesfora Toledo, une femme âgée, dit ne pas savoir comment recommencer à vivre, avec "tant de choses qui ont besoin d'être réparées".

"C'est si douloureux de voir ce qu'il reste de la maison", se désole-t-elle, en ramassant des assiettes et d'autres ustensiles ayant survécu au désastre. "On va essayer de réparer, si quelqu'un nous donne du bois et de quoi fabriquer un toit".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info