Procès Charlie: Farid Benyettou, ex-mentor des Kouachi, attendu à la barre

Publié le à Paris (AFP)

Ancien mentor des frères Saïd et Chérif Kouachi, il se dit aujourd'hui repenti: Farid Benyettou doit être entendu samedi après-midi comme témoin au procès à Paris des attentats de janvier 2015.

Initialement prévue le 24 septembre, l'audition très attendue de l'ex-prédicateur avait été reportée après une suspicion de contamination au Covid-19 chez l'un des accusés, qui avait amené le président de la cour d'assises spéciale de Paris à suspendre les débats pendant près d'une journée.

Ancien "émir" autoproclamé, Farid Benyettou avait eu parmi ses adeptes en 2003 et 2004 les frères Kouachi, auteurs de la sanglante tuerie de Charlie Hebdo.

L'ancien prédicateur était le recruteur de la "filière des Buttes-Chaumont", démantelée en 2005, qui visait à envoyer des jihadistes en Irak dans les rangs d'Al-Qaïda.

Dans ce dossier, Farid Benyettou avait été condamné à six ans d'emprisonnement, Chérif Kouachi à trois ans d'emprisonnement. Les deux hommes avaient continué de se voir jusqu'en 2014.

Juste après les attentats de janvier 2015, Farid Benyettou, alors en formation d'infirmier, s'était présenté de lui-même aux services de renseignement en se disant prêt à aider l'enquête. Il avait été interrogé, puis remis en liberté.

Se disant repenti du jihadisme, Farid Benyettou a travaillé avec l'anthropologue Dounia Bouzar pour la prévention de la radicalisation. Il a publié en janvier 2017 un livre sur son parcours, "Mon djihad: itinéraire d'un repenti".

Pendant la promotion de ce livre, il avait choqué des proches de victimes des attentats en arborant un badge "Je suis Charlie". Il s'est fait discret depuis.

Egalement prévue le 24 septembre, l'audition d'un autre témoin-clé du procès, Peter Cherif, demandée par la partie civile, n'a pas encore été reprogrammée. Peter Cherif doit être interrogé depuis la prison où il est détenu après sa mise en examen dans un volet disjoint de l'enquête sur les attentats de janvier 2015.

La cour d'assises spéciale juge depuis le 2 septembre quatorze personnes, dont trois par défaut, soupçonnées de soutien logistique aux auteurs des attentats. Ce procès historique doit s'achever le 10 novembre.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info