Québec: deux morts et cinq blessés dans une attaque à l'arme blanche, un suspect arrêté

Publié le à Montréal (AFP)

Un jeune homme en tenue médiévale et armé d'une épée a tué deux personnes et en a blessé cinq autres dans la nuit de samedi à dimanche dans le centre historique de Québec (est du Canada) avant d'être rapidement interpellé.

Les agressions se sont déroulées samedi en fin de soirée d'Halloween dans le Vieux Québec, notamment dans le quartier du célèbre Chateau Frontenac, haut-lieu touristique de la capitale de la province francophone canadienne, selon la police.

Le suspect, "un homme âgé dans la mi-vingtaine" a agressé plusieurs personnes en plusieurs endroits de la ville pour une raison encore indéterminée.

A l'issue d'une chasse à l'homme dans les rues de la vieille-ville, l'homme a été arrêté dimanche peu avant 1h (06H00 GMT), a indiqué Etienne Doyon, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) lors d'un point de presse.

"Selon nos premières informations, rien ne nous indique que le suspect aurait agi pour des motivations autres que personnelles", a précisé la police dans un tweet diffusé dans la nuit.

Selon trois témoins cités par le journal québécois Le Soleil, l'assaillant aurait "égorgé" sa première victime près du Château Frontenac et il y avait "beaucoup de sang".

L'homme aurait ensuite poursuivi sa route sur la rue des Remparts, où la deuxième personne a été tuée, avant de se rendre vers le port de Québec, faisant d'autres blessés, selon le journal.

- Chasse à l'homme -

Karin Lacoste, une habitante de Québec, se rendait dans une superette pour faire quelques courses vers 23h lorsqu'elle a vu plusieurs policiers armés portant des gilets pare-balle.

"Il y en a un qui m'a dit +courez chez vous parce qu'il y a quelqu'un qui se promène, c'est un tueur et il a tué des personnes+", a-t-elle témoigné sur la chaîne LCN. "J'ai vraiment eu peur".

La police avait reçu un appel samedi vers 22h30 faisant état de "multiples agressions armées" se produisant "dans le secteur du Vieux-Québec," a précisé M. Doyon. La SVPQ a alors "déployé plusieurs policiers sur le terrain" y compris des patrouilleurs et des maître-chiens à la recherche de l'assaillant.

Le suspect a finalement été "arrêté peu avant 1h ce matin" près de l'Espace 400e, près du Vieux-Port de Québec, a-t-il dit. L'homme a été "contrôlé" et "transporté vers un centre hospitalier pour être évalué", a-t-il ajouté.

L'homme a été formellement identifié mais la police n'a pas communiqué son identité ni révélé s'il était connu de leurs services.

"C'est un homme qui était habillé en (tenue) médiéval. C'est un homme qui portait une épée avec lui. C'est des blessures qui ont été faites à l'arme blanche. C'est tout ce qu'on peut dire pour l'instant", a expliqué M. Doyon.

Lors de son interpellation, l'homme, né en 1996 selon le Soleil, était couché au sol, pieds nus et en hypothermie. Il portait un masque noir et s'est rendu aux policiers sans offrir de résistance, selon le journal, qui précise que le suspect aurait planifié son geste depuis un an et demi.

La police n'a pas donné de détail sur les victimes, précisant seulement que la nature des blessures est "variable".

La police a ouvert une enquête et a demandé aux habitants de "rester à l'intérieur" pour la nuit, alors que plusieurs quartiers étaient bouclés par un imposant dispositif policier, notamment celui du Parlement québécois.

En raison des restrictions liées à la pandémie de coronavirus, les rues du Vieux-Québec étaient très peu fréquentées au moment du drame, a témoigné à l'AFP Jordan Proust, journaliste pigiste.

"La plupart des enfants qui ont célébré Halloween l'ont fait dans l'après-midi", a-t-il expliqué.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info