Régionales: la pêche aux électeurs reprend après le dépôt des listes

Publié le à Paris (AFP)

Les candidats encore en lice ont déposé mardi leurs listes pour le second tour des élections régionales et départementales, tout en poursuivant la campagne pour tenter de remobiliser les électeurs qui ont massivement boudé les urnes dimanche.

A 18H00, la limite fixée pour le dépôt des listes en préfecture, aucune annonce de retrait ou de fusion de dernière minute ne s'est produite, les jeux étant déjà faits depuis lundi.

Une surprise toutefois en Corse: après y avoir siégé 29 ans, Jean-Guy Talamoni quitte l'Assemblée de Corse dont il est le président sortant. Victime de la désunion nationaliste aux élections territoriales, il ne sera sur aucune liste au second tour où quatre s'affronteront: trois nationalistes dont celle autonomiste de Gilles Simeoni et une d'union de la droite.

En Paca, une des régions sous les projecteurs avec le duel entre le candidat RN Thierry Mariani (36,38% au premier tour) et le président sortant (LR) Renaud Muselier (31,91%), ce dernier essaie aussi d'attirer à lui les électeurs du candidat écologiste de l'union de la gauche Jean-Laurent Félizia, qui, sous la pression, a finalement retiré sa liste (16,89%).

- Main tendue -

M. Muselier a promis mardi sur LCI qu'en cas de victoire, la gauche pourrait "déposer des motions" et s'exprimer dans l'hémicycle du conseil.

Grosse bataille de remobilisation des électeurs aussi en Ile-de-France. "On peut l'emporter dimanche à la condition que les gens se déplacent pour aller voter", a résumé sur France Inter Julien Bayou, tête de liste EELV d'une gauche désormais rassemblée après que M. Bayou (12,95%) a devancé Audrey Pulvar (PS, 11,07%) et Clémentine Autain (LFI/PCF, 10,24%) dans une "primaire" de gauche très serrée.

La sortante Valérie Pécresse (ex-LR), arrivée largement en tête avec 35,94%, se présente sur France Inter comme le "seul rempart contre la gauche extrême" et "appelle à la mobilisation de tous les Républicains sincères", face "aux idées de monsieur Mélenchon", car "ça n'est pas gagné".

Mais pour le candidat LREM Laurent Saint-Martin, c'est un faux suspense. "Valérie Pécresse ne pense pas ce qu'elle dit, si elle pensait réellement ne pas pouvoir être réélue, elle aurait fait des propositions d'alliance d'entre deux tours pour assurer la réélection", a estimé sur Sud Radio le député LREM, qui reste donc en lice, tout comme le RN Jordan Bardella.

La stratégie de maintien des candidats LREM fait aussi des vagues en Bourgogne-France-Comté, où le patron du PS Olivier Faure a appelé mardi Denis Thuriot (11,69%) à se retirer du second tour des régionales au vu du risque selon lui de voir le RN ravir la région à la présidente PS sortante.

Marie-Guite Dufay, arrivée dimanche en tête du premier tour avec 26,52% des suffrages avec sa liste PS-PCF-PRG, a annoncé lundi s'allier pour le second tour à l'écologiste Stéphanie Modde (10,34% au premier tour) pour contrer le candidat RN Julien Odoul (23,19%).

- "Des cliqueurs" à LREM -

"Il n'y a plus de risque Front national" dans cette région, a répondu sur Public Sénat le sénateur LREM François Patriat, qui regrette toutefois que la présidente de région lui ait "carrément fermé la porte au nez en disant qu'elle ne parle qu'à sa famille, qu'à sa gauche".

Le sénateur LREM tacle aussi son propre mouvement qui "est trop virtuel, trop dans l'entre-soi". "On n'a pas des militants, on a des cliqueurs", a-t-il asséné pour expliquer "l'échec" du premier tour.

Le candidat de la majorité présidentielle Marc Fesneau se maintiendra lui aussi au second tour dans le Centre-Val de Loire après l'échec des négociations en vue d'un rapprochement avec la liste de Nicolas Forissier (LR-UDI). On aura donc une quadrangulaire avec le candidat RN Aleksandar Nikolic et la liste de gauche de la majorité régionale désormais rassemblée derrière le président sortant François Bonneau (PS).

En Occitanie, le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc, soutenu par En Marche aux dernières municipales, a appelé les électeurs du parti présidentiel à se ranger derrière le candidat LR Aurélien Pradié, qui affronte dimanche la sortante et favorite Carole Delga (PS).

Les candidats ne sont pas les seuls à devoir remettre un coup de collier. Les deux prestataires pour l'acheminement de la propagande électorale, Adrexo et La Poste, critiqués de toutes parts et sommés d'être prêts pour le second tour des élections régionales et départementales, ont promis de renforcer leurs dispositifs.

Devant les députés, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que les préfets avaient été "saisis" pour que "des mesures correctrices puissent être apportées" dans "les meilleurs délais".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info