Rencontre cruciale à Washington en vue d'un nouveau sommet Trump-Kim

Publié le à Washington (AFP)

Avec un dossier nucléaire dans l'impasse, le bras droit de Kim Jong Un a été accueilli vendredi à Washington par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo pour des entretiens cruciaux en vue d'un nouveau sommet entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen.

Accompagné par l'émissaire américain pour la Corée du Nord Stephen Biegun, Mike Pompeo, souriant, a posé devant les caméras sans dire un mot avec Kim Yong Chol dans un hôtel de la capitale des Etats-Unis peu après 11H00 (16H00 GMT).

Signe du caractère sensible de ce rendez-vous, le département d'Etat américain avait attendu vendredi matin pour confirmer cette rencontre avec l'interlocuteur privilégié du chef de la diplomatie américaine dans les difficiles négociations sur le désarmement nucléaire de la Corée du Nord.

La diplomatie américaine est probablement échaudée par l'annulation à la dernière minute, début novembre, de la venue de ce très haut responsable nord-coréen. Une annulation qui avait exposé au grand jour le blocage dans les discussions.

Si ce premier entretien se déroule bien, Kim Yong Chol pourrait ensuite être reçu vendredi par Donald Trump à la Maison Blanche, comme lors de sa première visite au printemps, a dit à l'AFP une source américaine.

A l'époque, cela avait relancé le processus diplomatique qui a permis de tourner la page d'une année 2017 scandée par les essais balistiques et atomique nord-coréens, les sanctions internationales et les menaces de guerre entre les deux camps.

Le 12 juin 2018, à Singapour, le tout premier sommet entre un président américain en exercice et un héritier de la dynastie de Kim au pouvoir en Corée du Nord avait ensuite débouché sur l'engagement du dirigeant nord-coréen en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

- Discussions en Suède -

Mais depuis, les tractations pour mettre en musique cette promesse se sont enlisées et les avancées concrètes se comptent sur les doigts d'une main.

Les observateurs pressentaient depuis le début que l'engagement nord-coréen était encore bien loin de l'exigence américaine d'une "dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée de la Corée du Nord". Pyongyang a fini par confirmer cette crainte en conditionnant son propre désarmement au "retrait total des menaces nucléaires américaines", ce qui impliquerait une vaste remise en cause des accords de défense entre les Etats-Unis et la Corée du Sud.

De la même manière, le régime de Kim Jong Un réclame une levée des sanctions économiques, là où Washington, jusqu'ici, martèle qu'il n'interviendra qu'une fois que le Nord aura abandonné ses bombes atomiques.

Faute de progrès, l'idée d'un deuxième sommet Trump-Kim a fait son chemin ces derniers mois.

Il pourrait être "imminent", selon Séoul. Le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a confirmé que son pays était prêt à accueillir ce nouveau tête-à-tête, mais la Thaïlande et la Mongolie sont également évoquées.

La décision pourrait intervenir après les rencontres de vendredi à Washington. Parallèlement, une autre responsable nord-coréenne, Choe Son Hui, était en Suède où l'émissaire américain Stephen Biegun pourrait la rejoindre dans les prochains jours.

"C'est un moment assez dangereux", s'alarme un diplomate occidental qui suit de près le dossier. "Si dans les prochains mois Kim ne lâche rien, Trump ne pourra pas continuer à dire que tout se passe bien et qu'il n'y a pas d'urgence, et on risque de retourner à la situation explosive de 2017", ajoute-t-il sous couvert de l'anonymat.

Selon des sources diplomatiques, l'administration américaine est pourtant prête à mettre des choses sur la table sur le terrain symbolique, comme l'ouverture d'un bureau de liaison ou une déclaration pour mettre fin formellement à la guerre de Corée, qui ne s'est achevée en 1953 que par un simple armistice.

Certaines de ces sources estiment que le président américain, qui veut un accord à tout prix, serait même prêt à lâcher du lest sur les sanctions sans obtenir une dénucléarisation totale. C'est pour cela, pensent plusieurs observateurs, que Kim Jong Un préfère négocier en direct avec lui.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous avez aujourd’hui beaucoup d’intuition. Vous écoutez votre petite voix intérieure avant de prendre une décision.

Taureau

Votre nature entière vous permet d’aller jusqu’au bout de vos idées. Vous ne lâchez rien dès que vous voulez quelque chose.

Gémeaux

Vous êtes appliqué, plein de bonne volonté, prêt à exécuter ce que l’on attend de vous.

Cancer

Vous avez une demande à effectuer ? C’est une bonne journée pour vous jeter à l’eau.

Lion

Vous êtes à nouveau confronté à un problème que vous avez mis de côté il y a quelques semaines.

Vierge

Vous avez besoin de vous rendre utile, de vous sentir indispensable, d’attirer sur vous les regards.

Balance

Vous travaillez dans une bonne atmosphère, une ambiance agréable. Vous évitez les conflits.

Scorpion

Vous êtes face à un choix professionnel que vous ne pouvez plus reporter. Vous devez trancher.

Sagittaire

C’est en famille que vous passez aujourd’hui vos meilleurs moments. Vous décompressez, vous relâchez vos tensions.

Capricorne

Vous n’hésitez pas à faire le premier pas, à exprimer ce que vous avez sur le cœur. Vous vous dévoilez enfin.

Verseau

Un accord ou un bon arrangement vous permet de gagner du temps, de franchir une étape déterminante.

Poissons

Vous vous imposez des limites, une rigueur indispensable si vous voulez mener vos affaires à bon port.

Notre sélection d'annonces