Retour sur Terre des deux touristes japonais après 12 jours sur l'ISS

Publié le à Moscou (AFP)

Un milliardaire japonais, accompagné de son assistant et d'un cosmonaute russe, ont atterri après avoir passé 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), où ils ont filmé des vidéos sur la vie quotidienne dans l'espace.

Le fantasque milliardaire japonais Yusaku Maezawa, un poids lourd de la mode en ligne âgé de 46 ans, et son assistant Yozo Hirano étaient accompagnés au retour comme à l'aller par le cosmonaute russe Alexandre Missourkine.

"Le vol du vaisseau spatial +touristique+ Soyouz MS-20 est terminé", a déclaré Roscosmos dans un communiqué publié sur son site internet. L'atterrissage s'est fait vers 03h31 lundi, dans la steppe du Kazakhstan.

Selon le service de presse du district militaire central, ils devaient être accueillis à l'arrivée avec un plat "surprise" de nouilles venues du Japon.

Ce voyage marque le retour de la Russie dans le tourisme spatial après un hiatus d'une décennie. Ce secteur, dans lequel la Russie a perdu du terrain face aux sociétés privées américaines, notamment SpaceX d'Elon Musk, connaît un regain d'intérêt et constitue une potentielle manne financière.

Les trois hommes ont passé 12 jours à bord de l'ISS, où le milliardaire japonais s'était fixé une liste de cent tâches à accomplir dans l'espace.

L'assistant de M. Maezawa a réalisé des vidéos sur la vie quotidienne en orbite à destination du compte YouTube du milliardaire.

On peut y voir l'homme expliquer en détail à son million de followers comment se brosser les dents ou encore aller aux toilettes en apesanteur.

"Faire pipi est très facile", dit-il dans une des vidéos, montrant l'outil utilisé par les astronautes pour aspirer l'urine. Dans une autre, il se prépare un thé sans sucre et vante les savoureux biscuits de l'ISS.

M. Maezawa et son assistant sont les premiers touristes japonais dans l'espace depuis 1990, quand un journaliste avait séjourné à bord de la station soviétique Mir.

- Grand retour de Roscosmos -

Le secteur des vols privés spatiaux, très lucratif, est actuellement dynamisé par la récente entrée dans la course des sociétés des milliardaires américains Elon Musk (SpaceX) et Jeff Bezos (Blue Origin), ainsi que de celle du Britannique Richard Branson (Virgin Galactic).

En septembre, SpaceX a organisé un vol de trois jours en orbite avec un équipage intégralement constitué d'amateurs. Elle prévoit aussi d'emmener plusieurs touristes faire le tour de la Lune en 2023, dont M. Maezawa, qui finance cette opération.

Le voyage qui s'achève lundi marque le retour dans l'arène de Roscosmos, après plus de dix ans, alors que l'industrie aérospatiale en Russie est minée par des scandales de corruption et des difficultés techniques et financières.

En 2020, avec la mise en service des fusées et des capsules de SpaceX, Moscou a perdu son monopole des vols habités vers l'ISS et les dizaines de millions d'euros que la Nasa et d'autres agences spatiales payaient pour chaque place à bord des Soyouz.

La mission des deux touristes japonais est organisée par Roscosmos et son partenaire américain Space Adventures. Entre 2001 et 2009, ces deux groupes avaient déjà ensemble envoyé de richissimes entrepreneurs dans l'espace, à huit reprises.

Le dernier était, en 2009, le Canadien Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil.

Signe des ambitions retrouvées du secteur spatial russe, Roscosmos a également dépêché en octobre un réalisateur et une actrice à bord de l'ISS pour y tourner le premier long-métrage de l'histoire en orbite, avant un projet concurrent de la star hollywoodienne Tom Cruise.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info