Rixe en Essonne: six mineurs mis en examen après la mort d'une collégienne de 14 ans

Publié le à Évry (AFP)

Six adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen jeudi dans l'enquête sur le meurtre d'une collégienne de 14 ans poignardée lundi à Saint-Chéron (Essonne) lors d'une rixe entre jeunes, a annoncé le parquet d'Evry.

Le mineur âgé de 16 ans ayant reconnu avoir porté le coup de couteau mortel a été mis en examen pour meurtre sur mineur de 15 ans, violences aggravées et participation à un groupement en vue de commettre des violences.

Déjà connu pour deux infractions, mais pas pour des faits de violences, cet adolescent a été placé en détention provisoire.

Les cinq autres sont poursuivis pour violences aggravées, participation à un groupement en vue de commettre des violences et non assistance à un mineur de 15 ans en danger, conformément aux réquisitions de la procureure Caroline Nisand.

Ils ont été placés sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de paraître en Ile-de-France et d'être en contact avec les coauteurs, les victimes et leur famille.

La rivalité entre des mineurs de Dourdan et de Saint-Chéron (Essonne) remonte à cet été "sur fond de messages, d'insultes et de provocations sur les réseaux sociaux", a expliqué la magistrate mercredi dans un communiqué.

Lundi, plusieurs mineurs de Dourdan s'étaient rendus à Saint-Chéron pour "en découdre". Dans la rixe, "à coups de poing et de pieds", un des mineurs de Dourdan a donné un coup de couteau mortel à l'adolescente de 14 ans, décédée lundi soir à l'hôpital.

Dans une autre commune de l'Essonne, à Boussy-Saint-Antoine, un adolescent de 14 ans a été tué mardi dans un autre affrontement entre bandes de jeunes. Les deux affaires ne semblent pas être liées, selon le parquet.

Depuis mardi, 60 gendarmes supplémentaires ont été déployés à Saint-Chéron et 30 policiers à Boussy-Saint-Antoine.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info