Santé mentale: Macron annonce le remboursement des psychologues et des postes supplémentaires

Publié le à Paris (AFP)

Les consultations de psychologues seront remboursées par la Sécu pour toute la population dès l'âge de trois ans, sur prescription médicale, a annoncé Emmanuel Macron mardi, promettant aussi la création de 800 postes dans les centres médico-psychologiques.

"La pandémie a révélé l'importance du sujet de la santé mentale", a déclaré le chef de l'Etat en clôture des Assises de la santé mentale, reconnaissant que "pendant longtemps les moyens mis n'ont pas été à la hauteur".

Pour répondre à la forte demande de soins, l'Assurance maladie remboursera donc dès l'an prochain des consultations de psychologues libéraux "pour toute la population à partir de l'âge de 3 ans".

Cette prise en charge se fera toutefois sous conditions: les patients devront être "adressé par prescription médicale dans le cadre d'un forfait de consultation", la première séance étant facturée 40 euros et les suivantes 30 euros chacune.

Un "encadrement (qui) semble juste" même si "la profession n'est pas totalement ravie", a estimé le président de la République.

Des moyens seront aussi dégagés afin de créer 800 postes dans les centres médico-psychologiques "à partir de l'année prochaine".

Ces renforts doivent permettre de "réduire au maximum les délais d'attente" dans ces structures, qui sont parfois "supérieurs à 18 mois dans les territoires les plus en tension".

Un autre effort budgétaire sera fait en matière de recherche, avec une enveloppe de 80 millions d'euros "dédiée à la santé mentale" dans le cadre du quatrième programme d'investissements d'avenir (PIA4).

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info