Soudan du Sud: sombre anniversaire dix ans après l'indépendance

Publié le à Juba (AFP)

Le président Salva Kiir a promis vendredi d'éviter de replonger le Soudan du Sud dans la guerre, à l'occasion du dixième anniversaire de l'indépendance du pays, qui connaît actuellement la pire situation sécuritaire et économique de sa courte histoire.

La première décennie d'existence du plus jeune pays du monde a été marquée par une sanglante guerre civile entre 2013 et 2018 opposant les forces du président Kiir à celles de son rival Riek Machar.

Ces cinq années de conflit ont fait plus de 380.000 morts, déplacé environ 4 millions d'habitants -soit le tiers de la population- et a précipité le pays dans une grave crise humanitaire.

Un accord de paix a été officiellement signé en septembre 2018 entre Salva Kiir et Riek Machar.

Les deux hommes dirigent désormais le pays, dans une fragile cohabitation, Kiir en tant que président et Machar en tant que vice-président.

"Je vous assure que je ne vous ramènerai plus dans la guerre. Travaillons tous ensemble pour nous remettre de la dernière décennie et ramener notre pays sur la voie du développement dans cette nouvelle décennie", a lancé vendredi le président dans un discours en anglais.

Le président a salué un "nouvel esprit de dialogue" entre les signataires de l'accord de 2018, et affirmé faire de l'économie et de la sécurité ses priorités.

La situation du Soudan du Sud a empiré en dix ans: si le conflit a cessé à l'échelle nationale, le pays est en proie aux violences intercommunautaires locales, à une profonde crise économique et connaît des "niveaux d'insécurité alimentaire et de malnutrition les plus élevés depuis l'indépendance", selon l'ONU.

Au moins 60% de sa population est en situation d'insécurité alimentaire, dont 108.000 personnes menacées de famine, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

- "Beaucoup à faire" -

La faiblesse des institutions, la corruption omniprésente et une misère croissante ont amené à l'explosion des violences interethniques et de la criminalité dans de nombreuses régions qui échappent à l'autorité de l'Etat.

L'accord de 2018 prévoyait une série de mesures pour éviter une nouvelle guerre, mais beaucoup d'entre elles restent inachevées.

"Le pays continue de faire face à de nombreux obstacles à une paix durable, notamment l'absence d'une force de sécurité unifiée, l'insécurité généralisée liée aux conflits intercommunautaires et la criminalité opportuniste", a souligné la mission de l'ONU au Soudan du Sud (Unmiss) dans un communiqué.

L'Unmiss a appelé les dirigeants "à saisir cette opportunité pour faire des espoirs et des rêves d'il y a dix ans une réalité en garantissant la paix durable nécessaire pour permettre une reprise et un développement complets."

Dans son discours, Salva Kiir a, lui, insisté sur les progrès réalisés, affirmant faire de l’économie et de la sécurité ses priorités.

- Aucune cérémonie officielle -

Si la formation d'une armée "unifiée" n'a que peu avancé, handicapée notamment par les pénuries de nourriture, de médicaments et d'eau potable dans les camps d'entraînement, il a rappelé que 53.000 membres de forces de sécurité étaient "prêts à être diplômés".

Le président a par ailleurs réitéré ses accusations envers la communauté internationale après la prolongation par l'ONU de l'embargo sur les armes jusqu'au 31 mai 2022, qui l'empêche, selon lui, de leur fournir "les armes nécessaires".

Alors que de nombreuses régions sont en proie aux violences intercommunautaires et aux attaques sur les stocks d'aide et personnels humanitaires, il a toutefois dit être "parfaitement conscient que nous avons encore beaucoup à faire pour parvenir à la sécurité totale dans notre pays."

Aucune cérémonie officielle n'était prévue pour les dix ans de l'indépendance, à l'exception d'une course de dix kilomètres qui s'est tenue dans la matinée.

Les autorités ont invoqué la pandémie de Covid-19 pour expliquer l'absence de célébration officielle.

"Votre peuple continue de vivre dans la peur et l'incertitude, et manque de confiance dans le fait que sa nation peut effectivement assurer la +justice, la liberté et la prospérité+ célébrées dans votre hymne national", a lancé le Pape François dans un message aux dirigeants du pays.

"Votre nation est dotée d'un immense potentiel, nous vous encourageons à faire encore plus d'efforts pour permettre à votre peuple de profiter pleinement des fruits de l'indépendance", a-t-il affirmé.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info