Stade de France: polémique et bataille de chiffres, Liverpool veut des excuses

Publié le à Paris (AFP)

Après la finale chaotique, la foire d'empoigne: trois jours après les ratés organisationnels au Stade de France, la controverse ne retombe pas à Liverpool, dont le président a réclamé mardi des excuses envers ses supporters, comme à Paris, où la bataille de chiffres fait rage.

Encore échaudé par la finale de Ligue des champions contre le Real Madrid (0-1) à Saint-Denis, qui a donné lieu à des scènes de chaos avant le match, le président du club de Liverpool Tom Werner a écrit son indignation à la ministre française des Sports Amélie Oudéa-Castera.

En cause, les propos lundi de Mme Oudéa-Castera et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui ont répété ce qu'ils affirment depuis samedi soir: les supporters britanniques seraient en grande partie responsables des incidents, avec une "fraude massive, industrielle et organisée de faux billets". La ministre des Sports a en outre déclaré que Liverpool "avait laissé ses supporters dans la nature".

Ces mises en cause ravivent chez les supporters de Liverpool les horribles souvenirs de la catastrophe d'Hillsborough qui avait fait 97 morts en 1989 dans un mouvement de foule dont les fans des Reds avaient longtemps été tenus pour responsables avant que les mauvaises décisions de la police soient reconnues.

"Vos commentaires sont irresponsables, peu professionnels et totalement irrespectueux", a écrit Tom Werner dans son courrier à Amélie Oudéa-Castera, dont le quotidien local Liverpool Echo a obtenu une copie. "Au nom de tous les fans qui ont vécu ce cauchemar, je demande des excuses de votre part", a-t-il ajouté.

À la mi-journée, la ministre des Sports a ouvert la porte à un début de mea culpa: "On a des supporters de Liverpool qui étaient tout a fait en règle, dont soit la soirée a été gâchée, soit certains n'ont pas pu assister à ce match, et là on leur doit clairement des excuses".

- Chiffres contestés -

Pour autant, les chiffres avancés par le gouvernement français restent très critiqués, en Angleterre comme en France.

Selon Gérald Darmanin, "30.000 à 40.000 supporters anglais se sont retrouvés au Stade de France, soit sans billet, soit avec des billets falsifiés".

Cette situation a, selon les autorités, entraîner près du Stade de France un engorgement massif qui n'a fait aucun blessé grave.

Pour l'heure, la Fédération française de football et l'UEFA ont évalué à "2.800" le nombre "de faux billets scannés" samedi, ont dit mardi à l'AFP des sources proches du dossier, confirmant une information de RMC Sports.

Mais parmi ces 2.800 faux billets peuvent figurer de vrais billets ayant été mal activés, selon Pierre Barthélémy, avocat de groupes de supporters français présent samedi au stade. "Il y a eu des pannes, des bugs informatiques au niveau des portiques qui ont fait que certains vrais billets ont été scannés comme faux", a-t-il expliqué à l'AFP.

En fin de journée mardi, la FFF a également défendu le dispositif renforcé mis en place aux abords du stade samedi. L'instance a aussi repris à son compte l'évaluation de l'exécutif, évoquant 35.000 personnes s'étant rendues au Stade de France sans billets ou avec de faux billets.

"Trente à 40.000 faux billets, cela me paraît très, très gros", a pourtant estimé l'ex-député Génération(s) Regis Juanico, spécialiste des questions sportives.

Sur RTL, le maire de la métropole de Liverpool Steve Rotheram, lui-même présent --et victime de pickpockets-- lors de la finale samedi au Stade de France, a lui aussi jugé "grotesque" ces chiffres avancés par les autorités françaises, estimant qu'elles cherchaient à "détourner l'attention".

Mercredi à 17H00, Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castera sont attendus pour une auditon au Sénat sur ces questions.

Les services de renseignements avaient de leur côté alerté les autorités avant cette finale: datée du 25 mai, une note de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) rédigée en lien avec les services de renseignement, dont l'AFP a eu connaissance, faisait état "d'environ 50.000 supporters anglais présents dans la capitale française (qui) ne seront pas détenteurs de billets".

- Prochain match vendredi au Stade de France -

Sur le plan judiciaire, six hommes devaient être jugés mardi à Bobigny en comparution immédiate pour des vols au préjudice de supporters en marge de la finale.

Et, à l'approche des élections législatives (12 et 19 juin), l'affaire a pris un tour hautement politique, notamment sur la capacité française à organiser des événéments sportifs majeurs à un an du Mondial-2023 de rugby et à deux ans des Jeux olympiques à Paris.

Le député LR Eric Ciotti a ainsi réclamé la création à l'Assemblée nationale d'une commission d'enquête sur les incidents.

Tous les regards se tournent désormais vers le prochain match au Stade de France, France-Danemark en Ligue des nations vendredi (20h45), a priori à guichets fermés.

Des organisations syndicales de la RATP ont lancé un nouvel appel à la grève sur le RER B pour vendredi, après leur mouvement de samedi qui a pu accentuer les dysfonctionnements, puisque de nombreux supporters des Reds s'étaient rabattus sur le RER D, source d'engorgements à l'arrivée.

Le patron des JO-2024 Tony Estanguet s'est voulu rassurant: il a expliqué à l'AFP qu'il fallait "tirer les enseignements" du fiasco au Stade de France, qui accueillera les épreuves d'athlétisme, tout en assurant que tout le monde serait "prêt" dans deux ans.

sm-dec-cto-jed/mdm/fbx

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info