Syrie: 19 morts dans l'explosion d'une voiture piégée près de la frontière turque

Publié le à Beyrouth (AFP)

Au moins 19 personnes, principalement des civils, ont été tuées dans l'explosion d'une voiture piégée tard dimanche à Azaz, localité du nord-ouest de la Syrie limitrophe de la Turquie, selon un bilan à la hausse rapporté lundi par une ONG.

Un précédent bilan faisait état de 17 morts. Cette explosion a aussi fait plus de 20 blessés, a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée en Grande-Bretagne qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Quatre enfants figurent parmi les morts, dans cette ville située au coeur d'une zone d'influence turque dans la province d'Alep, a précisé l'ONG.

"L'explosion s'est produite alors que de nombreuses personnes quittaient les prières du soir", a indiqué M. Abdel Rahmane.

Quinze civils figurent parmi les victimes, et quatre corps n'ont pas été identifiés, selon lui.

Cette attaque, qui n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, est survenue au lendemain d'une explosion similaire ayant causé la mort de 10 personnes à Raqa, ex-"capitale" du groupe Etat islamique (EI) dans le nord syrien.

L'attentat de Raqa a été revendiqué par l'EI.

La Turquie a lancé une opération baptisée "Bouclier de l'Euphrate" en 2016, prenant le contrôle d'un territoire de plus de 2.000 km2 dans le nord de la Syrie, incluant la ville d'Azaz.

Elle a chassé l'EI de cette zone, et empêché une avancée des forces kurdes.

Ankara y maintient depuis des troupes et des forces de renseignement, et soutient les forces de police locales.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.