Syrie: Washington réclame des accès humanitaires, conférence de donateurs à Bruxelles

Publié le à Nations unies (Etats-Unis) (AFP)

Les Etats-Unis ont réclamé lundi la réouverture de points d'accès humanitaires aux frontières syriennes, fermés en 2020 sous pression russe, sur fond de nouvel appel à Bruxelles à la générosité internationale après dix ans de guerre.

"Comment est-il possible que nous ne puissions pas trouver dans nos coeurs l'humanité commune pour réellement prendre des mesures significatives?", s'est insurgé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui présidait une session mensuelle du Conseil de sécurité sur le volet humanitaire du dossier syrien.

"Regardez dans vos coeurs", a-t-il imploré les membres du Conseil de sécurité, en faisant appel à leur fibre familiale pour obtenir une amélioration de la situation humanitaire en Syrie, objet d'une réunion de donateurs à Bruxelles lundi et mardi. "Nous devons trouver un moyen de faire quelque chose - d'agir pour aider les gens. C'est notre responsabilité. Et honte à nous si nous ne le faisons pas", a ajouté Antony Blinken alors que le dossier oppose depuis dix ans les Occidentaux à la Russie, premier soutien de Damas.

En juillet, la Russie et la Chine, utilisant leur droit de veto, avaient imposé au Conseil de sécurité de réduire à un seul le nombre de points d'entrée pour acheminer de l'aide humanitaire en Syrie ne nécessitant pas l'aval de Damas.

Ce point d'accès restant est situé à la frontière turque, à Bab al-Hawa, et il permet d'alimenter le nord-ouest de la Syrie et sa province d'Idleb toujours hors du contrôle du régime syrien. L'autorisation onusienne permettant son utilisation arrive à expiration en juillet.

Le secrétaire d'Etat américain a réclamé la réouverture des points d'accès fermés en 2020 de Bab al-Salam, également sur la frontière turque, et de Al-Yarubiyah sur la frontière irakienne. Selon lui, ces accès permettraient respectivement d'aider 4 millions et 1,3 million de Syriens.

- Dix milliards recherchés -

"Donnons-nous plus de voies d'accès, plutôt que moins, pour fournir de la nourriture et des médicaments au peuple syrien", a plaidé Antony Blinken.

Lors de la visioconférence du Conseil de sécurité, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Vershinin, a vivement critiqué le fait que la Syrie n'ait pas été invitée à la conférence de donateurs de Bruxelles, y voyant une attaque de plus contre sa souveraineté.

Organisée lundi et mardi par l'ONU et l'Union européenne, la 5e édition de la conférence visant à aider les Syriens et les réfugiés syriens dans les pays voisins, notamment au Liban, en Turquie, en Irak ou en Jordanie, réunit virtuellement quelque 80 délégations de 50 pays participants, auxquelles s'ajoutent des ONG et des institutions financières internationales.

L'objectif est de collecter plus de 10 milliards de dollars, dont au moins 4,2 milliards pour la réponse humanitaire en Syrie et 5,8 milliards pour soutenir les réfugiés et les communautés d'accueil dans la région.

Pour Sergey Vershinin, il y a une "politisation croissante de l'aide humanitaire". Devant le Conseil de sécurité, il a estimé que l'aide transfrontalière "violait les principes du droit international", et cela, a-t-il précisé, "parce que le gouvernement en place ne convient pas" aux Occidentaux.

"La souveraineté n'a jamais été conçue pour garantir le droit d'un gouvernement à affamer les gens, les priver de médicaments vitaux, à bombarder les hôpitaux ou à commettre toute autre violation des droits humains contre les citoyens", avait martelé au préalable Antony Blinken.

Déclenché en mars 2011 par la répression d'une révolte populaire, le conflit en Syrie s'est transformé en guerre dévastatrice qui a fait plus de 387.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La guerre a aussi poussé à l'exode des millions de personnes.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info