Tempête dans l'Himalaya: les secours recherchent des dizaines de randonneurs

Publié le à Katmandou (AFP)

Les secours népalais tentaient de retrouver jeudi plusieurs dizaines de randonneurs dans l'Himalaya, pris dans une tempête de neige inhabituelle mardi qui a tué une trentaine de personnes.

Les sauveteurs ont retrouvé 23 corps sur le parcours de trekking du tour des Annapurnas et craignent la mort de cinq alpinistes pris dans une avalanche à leur camp de base au pied du Mont Dhaulagiri (8.167 mètres) tandis que trois gardiens de yaks ont été tués alors qu'ils faisaient paître leurs bêtes.

Un total de 168 randonneurs étrangers s'étaient enregistrés comme étant partis pour un trekking dans les districts touchés de Manang et de Mustang et au moins 43 ont déjà été secourus.

Les secours peinaient à entrer en contact téléphonique avec les randonneurs toujours coincés en raison d'une quasi-absence de réseau. Des milliers de personnes visitent la région de l'Annapurna chaque année en octobre, saison la plus favorable pour les treks.

"Nous avons intensifié nos recherches, notre effort porte sur la recherche des survivants plutôt que des corps" des victimes, a dit Keshav Panday, qui coordonne les secours organisés par l'Association des agences de trekking du Népal (TAAN).

"Nous avons appris que 23 touristes étrangers sont sains et sauf et attendant dans un gîte près de Thoronh Phedi à Manang. Nous irons les chercher au plus vite", a-t-il dit à l'AFP.

Vint-six autres trekkeurs et guides - dont 22 étrangers - ont trouvé refuge dans un autre gite à Thorong High Camp, à 4.800 m, toujours à Manang, a dit l'un d'eux, un Américain, joint par téléphone.

"Nous avons quitté notre hôtel de Thorong Phedi à 06H30 du matin mardi, le personnel nous ayant dit que nous pouvions monter sans risque", a dit Max Weinstein à l'AFP.

La visibilité s'est rapidement détériorée au fur et à mesure des chutes de neige qui se renforçaient, raconte t-il.

"La neige continuait de tomber abondamment, nous ne pouvions plus rien voir et bientôt de grosses pierres ont commencé à tomber", dit-il.

Entendant des bruits sourds "comme des avalanches", ils ont alors décidé de s'arrêter dans le gite où une vingtaine de trekkeurs s'étaient déjà réfugiés.

- Des alpinistes ensevelis -

L'essentiel des victimes sont des trekkeurs étrangers.

Les corps de quatre Canadiens, trois Indiens, deux Israéliens, un Allemand, un Polonais, un Vietnamien et huit randonneurs népalais ont été identifiés. L'identité de trois autres n'était pas encore connue.

"Nous avons repéré jusque-là 16 corps dans le district de Mustang, dans la région de l'Annapurna, mais nous ne savons pas encore combien d'étrangers figurent parmi eux car ils n'ont pas été identifiés", a déclaré Ganesh Rai, le policier qui coordonne les secours, à l'AFP.

Parmi les victimes, sept ont trouvé la mort dans une avalanche dans le district voisin de Manang, a dit un responsable local, qui a revu un précédent bilan qui était de huit morts.

Les secours sont parallèlement très pessimistes sur le sort des deux alpinistes slovaques et trois guides népalais portés disparus à la suite d'une avalanche qui a touché leur camp de base vers le Mont Dhaulagiri.

De très fortes chutes de neige, consécutives au cyclone Hudhud qui a touché la côte est de l'Inde pendant le week-end, sont tombées sur l'Himalaya mardi, au plus fort de la saison de trekking.

Outre les chutes de neige, le cyclone Hudhud a aussi provoqué d'intenses trombes d'eau dans le centre et l'ouest du Népal, en particulier dans le district de Gorkha où un Français de 67 ans est tombé dans une rivière mardi matin alors qu'il faisait un trekking.

Ce randonneur faisait partie d'un groupe de 10 marcheurs partis pour le trek réputé du tour du Manaslu, baptisé ainsi en référence au mont Manaslu, le huitième plus haut sommet du monde.

En avril, une avalanche meurtrière avait tué 16 personnes sur le mont Everest et entraîné l'interruption de toute ascension vers le plus haut sommet du monde, une décision sans précédent.

L'avalanche a pris au piège les sherpas qui préparaient l'ascension d'une multitude d'expéditions de clients étrangers. Elle a porté un coup dur au tourisme népalais, qui repose largement sur la randonnée et l'escalade.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.