Thaïlande: les militaires assoient leur pouvoir, l'ex-Première ministre détenue

Publié le à Bangkok (AFP)

La junte en Thaïlande a annoncé samedi qu'elle pourrait détenir l'ex-Première ministre Yingluck Shinawatra jusqu'à une semaine, alors que les militaires tentent d'asseoir leur pouvoir.

"Pourquoi l'armée fait-elle ça?", s'emporte Boontarika Sukonatat, une manifestante de 55 ans dénonçant le coup d'Etat.

En fin d'après-midi, plusieurs centaines de Thaïlandais ont défié l'interdiction de manifester, un chiffre modeste mais bien supérieur aux jours précédents.

Plusieurs manifestants ont été interpellés, ont vu des journalistes de l'AFP.

L'indifférence face au coup d'Etat prévalait en effet largement dans ce pays qui a déjà connu 19 coups d'Etat ou tentatives depuis 1932.

A cela s'ajoute le fait que de nombreux responsables des Chemises rouges, puissant mouvement pro-gouvernemental, ont été arrêtés, décapitant le mouvement temporairement.

Pendant ce temps, les militaires ont continuer à consolider leur pouvoir, annonçant la dissolution du Sénat, qui avait survécu à l'abolition de la Constitution.

Le chef de la junte, le général Prayut Cha-O-Cha, peut désormais approuver toute nouvelle loi.

Les militaires ont également remis une lettre au roi Bhumibol, personnage vénéré au sommet de cette monarchie constitutionnelle, lui demandant d'approuver le nouveau régime. Celui-ci en a accusé réception, a seulement précisé le nouveau régime militaire.

Lors d'une première conférence de presse depuis le coup d'Etat de jeudi, les militaires n'ont pas souhaité donner le nombre de personnalités politiques détenues aux côtés de Yingluck.

L'ancienne Première ministre de 46 ans, chassée du pouvoir début mai par une décision judiciaire controversée, pourrait rester en détention "jusqu'à une semaine", a annoncé un responsable militaire.

Selon la loi martiale, les personnes arrêtées peuvent en effet être gardées une semaine en détention, sans charges.

"Elle va bien", a assuré à l'AFP le lieutenant-général Tirachai Nakwanich, précisant que la rapidité de sa remise en liberté "dépendra de sa coopération".

Nombre de responsables de son parti, le Puea Thai, étant eux-mêmes détenus ou aux abonnés absents, il restait très difficile de se faire une idée de l'ampleur de la répression. Et la junte a refusé de donner le nombre d'interpellations.

Comme des dizaines de responsables, dont plusieurs ministres, Yingluck, mère d'un petit garçon, s'était présentée vendredi à la convocation de la nouvelle junte. Comme 154 autres personnes, elle est interdite de sortie de territoire.

Samedi, la junte a convoqué 35 nouvelles personnalités, dont des universitaires.

Lors du coup de 2006, plusieurs collaborateurs de Thaksin avaient été détenus, mais sans atteindre l'ampleur du mouvement actuel.

L'ONG Human Rights Watch a appelé samedi l'armée à "relâcher tous ceux qui ont été arbitrairement détenus" et à "restaurer urgemment la démocratie".

"Ceci est une purge pour se débarrasser de ceux qui menacent potentiellement le gouvernement issu du coup", analyse le politologue américain Paul Chambers.

- Eviter le scénario de 2006 -

Il s'agit d'éviter que se reproduise le scénario de 2006, quand Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck, avait été chassé par un putsch.

Il se trouvait alors à l'étranger, et avait pu organiser le retour au pouvoir de son parti aux élections organisées fin 2007. Depuis la première victoire électorale de Thaksin en 2001, ses formations remportent toutes les élections nationales.

Cette domination de la scène politique est au coeur des revendications de l'opposition, qui a manifesté pendant sept mois à Bangkok en réclamant la fin du "clan Shinawatra", appelant de ses voeux à une intervention militaire.

Ce coup d'Etat a suscité les critiques de l'ensemble de la communauté internationale, notamment de Washington, qui a suspendu une partie de son aide militaire à son allié thaïlandais et réclamé un "retour à la démocratie".

Les libertés individuelles, notamment le droit de manifester, ont été fortement réduites, même si la junte a annoncé samedi le retour de certaines télévisions interdites.

Le général Prayut Chan-O-Cha avait justifié le coup par l'impossibilité des acteurs politiques à négocier une sortie de crise, malgré 28 morts en sept mois.

La junte avait assuré souhaiter "se retirer vite", mais sans préciser la date d'éventuelles nouvelles élections.

Les manifestants de l'opposition, ravis du coup d'Etat militaire, espèrent qu'un Premier ministre "neutre" sera nommé, hors scrutin, suscitant des craintes quant à leurs aspirations démocratiques.

La crise est avant tout liée à une lutte de pouvoir dans la perspective de la succession du roi Bhumibol Adulyadej, 86 ans, selon des analystes.

Le précédent coup, en 2006, avait entraîné une série de crises politiques faisant descendre tour à tour dans la rue les ennemis et les partisans de Thaksin Shinawatra, vu par les élites comme une menace sur la monarchie.

La crise actuelle, soutenue par les élites traditionnelles proches du palais royal selon les analystes, n'en est que le dernier soubresaut.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous tendez à laisser votre esprit romantique vagabonder. Vous risquez d’avoir quelques désillusions.

Taureau

Un contrat financier est à l’ordre du jour. Soyez prudent ! Lisez bien tous les points susceptibles de se retourner contre vous.

Gémeaux

Vous menez vos affaires professionnelles comme vous l’entendez. Vous ne relâchez pas vos efforts.

Cancer

Vous ne tolérez pas que l’on s’oppose à vos méthodes de travail qui ont déjà fait leurs preuves.

Lion

Vous désamorcez un conflit dans le cadre de votre travail. Vous vous imposez en médiateur.

Vierge

C’est le bon moment pour relancer une collaboration. Vous avez dès à présent toutes les cartes en main.

Balance

Laissez mûrir vos idées ou des projets qui vous tiennent à cœur avant d’exposer vos arguments.

Scorpion

C’est le moment de vous mettre en avant, de récolter les fruits de votre travail, le plus souvent effectué dans l’ombre.

Sagittaire

L’ambiance est électrique dans les couples. Votre partenaire vous reproche de ne pas assez vous impliquer dans la vie de famille.

Capricorne

Vous ne manquez pas d’humour dans le cadre de votre travail. C’est la bonne humeur qui prédomine.

Verseau

Une grande fatigue commence à s’installer. Il est largement temps de changer votre rythme de vie.

Poissons

Vous vous ouvrez un peu plus aux autres. La communication est plus facile. Vous apparaissez plus abordable.

Immobilier pour vous