Trois Palestiniens tués au cours d'opérations israéliennes en Cisjordanie occupée

Publié le à Jénine (Territoires palestiniens) (AFP)

Les autorités palestiniennes ont annoncé jeudi la mort de trois Palestiniens tués par des forces israéliennes en Cisjordanie occupée, où l'Etat hébreu dit mener depuis près d'une semaine des "opérations de contre-terrorisme", après des attaques meurtrières en plein coeur de la métropole Tel-Aviv.

"Deux jeunes ont succombé à leurs blessures dues à une attaque israélienne jeudi dans le district de Jénine", bastion des mouvements armés palestiniens dans le nord de la Cisjordanie occupée, a annoncé le ministère palestinien de la Santé dans un communiqué.

Un troisième Palestinien est mort jeudi après avoir été "grièvement blessé par des balles israéliennes" la veille lors de heurts dans le village de Beita près de Naplouse, également dans le nord du territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, a indiqué la même source.

L'armée israélienne a lancé samedi une vaste opération en Cisjordanie pour traquer des suspects liés selon elle à de récentes attaques anti-israéliennes meurtrières.

Depuis le 22 mars, Israël a été frappé par quatre attaques, les deux premières menées par des Arabes israéliens liés à l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) et les deux dernières par des Palestiniens originaires du secteur de Jénine.

Ces attaques ont fait 14 morts. En outre, 21 Palestiniens, dont des assaillants, ont été tués dans des violences depuis cette date, selon un décompte de l'AFP.

- Arrestations -

Ces tensions interviennent pendant le mois du jeûne musulman du ramadan et alors qu'Israël s'apprête à célébrer Pessah, la Pâque juive.

Jeudi soir, l'Etat hébreu a annoncé la fermeture des points de passage séparant Israël de la Cisjordanie occupée et de la bande de Gaza à compter de vendredi après-midi. Cette fermeture est effective pour deux nuits, les premières de Pessah, et pourrait être prolongée jusqu'à la fin de cette fête, qui dure huit jours.

L'armée israélienne a dit effectuer des "opérations de contre-terrorisme" en Cisjordanie, sans se prononcer dans l'immédiat sur les victimes rapportées par les autorités palestiniennes.

"Au cours de l'opération, des dizaines de Palestiniens ont violemment attaqué les soldats, tiré sur les forces (israéliennes) et lancé des engins explosifs sur eux, mettant leur sécurité en danger", a déclaré l'armée à l'AFP, ajoutant que ses "soldats avaient riposté avec des balles réelles".

Selon des sources locales, les trois Palestiniens tués ont été identifiés comme étant Fawaz Hamayel, 45 ans et père de six enfants, ainsi que deux jeunes hommes, Moustafa Aboulrab et Chas Kamamji. Ce dernier est le frère d'Ayham Kamamji, un membre du Jihad islamique qui s'était évadé d'une prison de haute sécurité en Israël en septembre avec cinq autres détenus avant d'être capturé.

Selon le Club des prisonniers palestiniens, organisation civile de défense des détenus palestiniens écroués en Israël, l'Etat hébreu a arrêté plus de 200 Palestiniens depuis le début du mois d'avril, dont environ la moitié au cours des six derniers jours.

- "Martyrs" -

Faisant référence aux opérations des forces israéliennes à Jénine, le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Omer Bar-Lev, a promis mercredi que leur "intensité ne ferait qu'augmenter".

Mercredi, Mohammad Assaf, un avocat palestinien des droits humains âgé de 34 ans et deux jeunes palestiniens, Qousaï Hamara, 16 ans et Amer Elyan, 18 ans, ont été tués par l'armée israélienne qui menait des opérations dans différents secteurs de Cisjordanie occupée, où les violences ont fait des dizaines de blessés selon le Croissant-Rouge palestinien.

Le Jihad islamique, principal mouvement islamiste armé après le Hamas, a salué dans un communiqué le "martyre héroïque" des deux jeunes palestiniens.

Amer Elyan, dont le corps porté par la foule était enveloppé d'un drapeau palestinien, a été enterré jeudi soir à Silwad, au nord de Ramallah (centre).

"L'unique voeu de mon fils était de devenir un martyr, comme toute sa génération, car ils ne voient ni futur ni horizon politique pour eux", a déclaré son père Mohammad à l'AFP.

Lundi, deux Israéliens ont été blessés par balles après être rentrés à Naplouse, l'un d'eux affirmant à la chaîne israélienne Kan avoir voulu visiter la tombe de Joseph, lieu de pèlerinage.

En 2021, des heurts entre Palestiniens et policiers israéliens en marge des rassemblements du ramadan à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte occupé depuis 1967 et annexé par Israël, avaient déclenché une guerre de 11 jours entre le Hamas et l'armée israélienne.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info