Ukraine: la réaction américaine aux propositions russes est "positive", estime Poutine

Publié le à Moscou (AFP)

Le président russe Vladimir Poutine a jugé jeudi "positive" la réaction de Washington aux propositions sécuritaires de Moscou, qui a notamment exigé que l'Otan et les Etats-Unis cessent leur soutien militaire à l'Ukraine.

"Pour l'heure nous voyons une réaction positive, nos partenaires américains nous disent qu'ils sont prêts à commencer cette discussion, ces négociations, dès le début de l'année à Genève", a indiqué M. Poutine lors d'une conférence de presse, ajoutant que toute élargissement futur de l'Alliance atlantique était "inacceptable" pour la Russie.

Les Occidentaux accusent Moscou de velléités agressives contre Kiev, l'armée russe ayant massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière avec l'Ukraine, dont la Russie a déjà annexé une partie du territoire.

Moscou, qui affirme au contraire vouloir assurer sa sécurité face à des "provocations" de Kiev et des Occidentaux, a présenté la semaine passée deux traités, l'un destiné aux Etats-Unis et l'autre à l'Otan, résumant ses exigences pour une désescalade.

Ces textes interdisent l'élargissement de l'Otan, à l'Ukraine en particulier, et limitent la coopération militaire occidentale en Europe de l'Est et en ex-URSS, sans imposer de mesures similaires à la Russie.

"La balle est dans leur camp. Ils doivent nous répondre", a affirmé jeudi Vladimir Poutine, affirmant que des représentants pour des négociations à Genève début 2022 avaient déjà été désignés. "J'espère que la situation va évoluer dans ce sens", a-t-il ajouté.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info