Une délégation américano-israélienne quitte les Emirats après une visite inédite

Publié le à Abou Dhabi (AFP)

Une délégation américano-israélienne a quitté Abou Dhabi mardi à l'issue d'une visite officielle sans précédent où les responsables des trois pays ont évoqué la future coopération dans différents domaines, dans le cadre d'une normalisation des relations entre l'Etat hébreu et les Emirats.

Les Emirats arabes unis, Etat fédéral dont la capitale Abou Dhabi est l'un des sept émirats, sont le premier pays du Golfe à avoir officiellement établi des liens avec Israël sous les auspices du président américain Donald Trump.

Son gendre et conseiller à la Maison Blanche, Jared Kushner, a dirigé la délégation arrivée lundi à Abou Dhabi à bord du premier vol commercial direct entre Tel Aviv et les Emirats. Il n'a toutefois pas été précisé si M. Kushner retournait en Israël ou se dirigeait vers un autre pays de la région.

Les trois pays ont annoncé lundi dans un communiqué commun des discussions sur la coopération dans sept domaines: investissement, finances, santé, exploration spatiale, aviation civile, politique étrangère et tourisme et culture.

"Le résultat sera une large coopération entre deux des économies les plus innovantes et les plus dynamiques de la région", ont-ils déclaré lundi après les entretiens entre M. Kushner et les conseillers à la sécurité nationale israélien, Meir Ben-Shabbat, et émirati, cheikh Tahnoun ben Zayed.

La délégation américano-israélienne est arrivée à Abou Dhabi lundi via le premier vol commercial direct de la compagnie El Al en provenance de Tel Aviv.

Les drapeaux américains flottaient aux côtés des bannières à l'étoile de David sur le cockpit de l'avion où trônait le mot "paix" écrit en arabe, en anglais et en hébreu au dessus du nom de la ville israélienne de Kiryat Gat.

"Nous sommes profondément attristés de voir un avion israélien atterrir aux Emirats sous le nom de Kiryat Gat, une colonie construite sur les terres (palestiniennes) d'Al-Faluja", a déploré le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh après l'atterrissage de l'avion à Abou Dhabi.

Les Palestiniens ont condamné l'accord entre les Emirats et Israël, accusant Abou Dhabi de trahison et de violation du consensus arabe qui faisait du règlement du conflit une condition sine qua non à la normalisation des relations avec l'Etat hébreu.

L'accord de normalisation prévoit, selon les Emirats, la suspension par Israël de ses annexions des territoires qu'il occupe en Cisjordanie mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rapidement affirmé qu'il ne s'agissait que d'une suspension temporaire.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info