Valls redemande la confiance de l'Assemblée - EN DIRECT

Publié le à Paris (AFP)

15:47 - Soutien - L'ancien ministre de l'agroalimentaire Guillaume Garot salue sur Twitter le discours du patron de la majorité: "@manuelvalls à l'offensive. Réorienter l'Europe, protéger notre modèle social : vers un +débat fracassant+ avec la droite et l'extrême-droite !"

15:45 - LES ACTES ANTISÉMITES, ANTI-MUSULMANS, HOMOPHOBES "GAGNENT DU TERRAIN", regrette Manuel Valls

15:42 - Frères ennemis - Sur Twitter, le député PS du Pas-de-Calais Nicolas Bays s'en prend à son confrère "frondeur" des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain : "@jmgermain qui n'applaudit pas la revalorisation des retraites et la sauvegarde du modèle social.... les frondeurs et leurs ?illères !"

15:40 - Éviter le pire - Le député PS des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci votera la confiance, pour éviter "un démontage total du système français et notamment du système social", avec Nicolas Sarkozy ou le Front national au pouvoir, confie-t-il à la journaliste AFP Elia Vaissière.

15:38 - Influence - "#Ayrault, sors de ce corps ! #Valls2" s'amuse sur Twitter le député UMP de l'Yonne Guillaume Larrivé.

15:38 - Valls à la droite: "RÉCLAMER LA DISSOLUTION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE, C'EST AFFAIBLIR LA FRANCE"

15:37 - Ubiquité - Sur Twitter, Manuel Valls s'exprime aussi: ses équipes reprennent sous forme de tweets les principales déclarations du Premier ministre.

15:35 - Sceptiques - Vifs applaudissements à gauche après la tirade anti-austérité sauf au Front de gauche visiblement sceptique.

15:35 - PRIME EXCEPTIONNELLE POUR LES RETRAITES PERCEVANT MOINS DE 1.200 EUROS MENSUELS

Le gouvernement avait annoncé vendredi que les pensions inférieures à 1.200 euros par mois, qui devaient être augmentées au 1er octobre, ne le seraient pas en raison de la faible inflation. Le montant de la prime n'est pas précisé.

15:35 - LE MINIMUM VIEILLESSE VA ÊTRE REVALORISE A 800 EUROS, annonce Manuel Valls

15:33 - Applaudissements - Premiers applaudissements écologistes sur l'économie sociale et solidaire après 20 min de discours.

15:32 - ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES EN MARS 2015, RÉGIONALES EN DÉCEMBRE 2015, annonce Manuel Valls.

Si cette proposition est votée par le Parlement, les deux scrutins seront donc disjoints, alors que le gouvernement avait envisagé au printemps qu'ils se tiennent le même jour, en décembre 2015.

15:27 - VALLS MET EN GARDE LE PATRONAT CONTRE LA "PROVOCATION" ET LA "SURENCHÈRE".

"Personne - et je le dis clairement au patronat - ne doit prendre le risque d'affaiblir, par je ne sais quelle provocation, par je ne sais quelle surenchère, l'indispensable dialogue social qui est la marque de ce quinquennat", ajoute M. Valls.

15:27 - Dangers - "Tous les dangers sont devant Monsieur Valls", affirme le député UMP Bernard Accoyer, expliquant : " Valls n'aura pas la majorité absolue, alors que le groupe socialiste a la majorité absolue à l'Assemblée. Il y aura à mon avis, à une dizaine de voix près, une majorité relative. C'est la démonstration qu'il s'affaiblit au niveau de sa majorité, et donc que les problèmes sont devant lui."

15:24 - Absent? - Le journaliste Fabrice Randoux n'a pas vu Thomas Thévenoud dans l'hémicyle...

15:24 - "Poussif" - "Discours poussif de @manuelvalls ... applaudissements feutrés des députés #PS" tweete le député filloniste Lionel Tardy (UMP, Haute-Savoie).

15:21 - Applaudissements - La droite applaudit vivement les déclarations d'amour aux entreprises.

15:20 - Question - "Gouverner c'est résister selon @manuelvalls. Alors pourquoi avoir changé de gouvernement?" feint de s'étonner sur Twitter le député UMP des Alpes-Maritimes Christian Estrosi (@cestrosi).

15:20 - Lucide - Pierre Moscovici, futur commissaire européen, donnera sa "confiance lucide", "raisonnée, une confiance exigeante" en tant que député PS du Doubs cet après-midi.

15:19 - Fantasme - "#Votedeconfiance: inutile de fantasmer. Aujourd'hui et d'ici 2017 les députés PS voteront tout. Ils n'ont qu'une terreur: leurs électeurs!" raille sur Twitter Jean-Christophe Lagarde, député UDI de Seine-Saint-Denis.

15:17 - Trahison? - "#Valls +Gouverner c'est résister+ et non pas trahir comme le pensent certains" tweete le député PS de Paris Christophe Caresche, citant Manuel Valls et critiquant en creux les frondeurs de son parti.

15:15 - VALLS ANNONCE DES RÉDUCTIONS D?IMPÔTS POUR 6 MILLIONS DE MÉNAGES D'ICI A FIN 2015

15:17 - Ironie - Des "bravos" ironiques résonnent à droite quand Valls parle des 4,4% de déficit.

15:14 - LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT EST GUIDEE PAR DES "VALEURS CHERES A LA GAUCHE", poursuit Valls. Ces valeurs "s'adressent à tous les Français", ajoute-t-il, après avoir scandé devant les députés: "gouverner, c'est résister. Gouverner, c'est tenir".

15:13 - Au fil du texte - Devant un hémicycle quasi-comble où la majorité des visages sont graves, Manuel Valls déroule son discours sans dévier du texte écrit prévu, note la journaliste de l'AFP Isabelle Cortes

15:13 - Défiance - "#Valls va obtenir la confiance de députés qui ont perdu, depuis longtemps comme #Hollande, celle de leurs électeurs" tweete, grinçant, le député UMP de l'Oise Jean-François Mancel.

15:11 - Métaphore sportive - "Une majorité est une majorité", martèle le député PS Eduardo Rihan-Cypel, "c'est comme au football, que vous gagniez 1-0 ou 5-0, ce qui compte c'est la qualification à la fin", alors que la confiance risque d'être finalement acquise avec une majorité très resserrée.

15:11 - Chacun - Le vote de confiance "engage chacun d'entre nous", lance Manuel Valls aux députés de gauche. "Le vote d'aujourd'hui n'est pas un vote banal. C'est un vote déterminant. Il engage chacun d'entre nous", a déclaré le Premier ministre.

- "Pas un vote banal" -

15:10 - Silence - La droite silencieuse pendant les premières minutes du discours de Valls sur la politique étrangère.

15:06 - DÉBUT DE LA DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE DE MANUEL VALLS

15:07 - Séance ouverte - Foule des grands jours dans les travées. Claude Bartolone recommande aux députés "d'être attentifs aux orateurs". La séance est ouverte.

15:03 - Entrée - Le président de l'Assemblée Claude Bartolone entre dans l'hémicycle au son des roulements de tambour.

15:02 - Résolument contre - Les dix députés Front de gauche ne voteront pas la confiance à Manuel Valls. Le vote des cinq députés ultramarins, qui siègent au sein du même groupe, n'est pas connu.

14:59 - "Piège à cons" - "L'abstention n'est pas un vote de confiance pour la majorité du peuple qui veut en finir avec la politique Valls/Hollande #abstentionpiegeacons" tweete Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche.

14:59 - Autre politique - "Il y a une majorité à l'Assemblée pour faire une autre politique de gauche", assure le député abstentionniste PS Mathieu Hanotin, "convaincu" qu'une "large majorité", "beaucoup plus diverse", aurait pu voter la confiance si "une autre politique était proposée".

14:58 - Opposition - "Extrêmement majoritairement, le groupe UDI votera contre", et "il devrait y avoir trois ou quatre abstentions maximum", a annoncé le président du groupe centriste, Philippe Vigier.

14:57 - Dédramatiser - "Ni scission, ni schisme" : le frondeur Christian Paul (député PS de la Nièvre) veut dédramatiser le choix de socialistes qui, comme lui, s'abstiendront.

14:54 - Complet - La tribune de presse, elle, est déjà pleine. Les agents de l'Assemblée tentent de caser tout le monde.

14:49 - Premier - Le premier député à rentrer dans l'hémicycle est communiste: il s'agit d'André Chassaigne, élu du Puy-de-Dôme, rapporte le journaliste de l'AFP Fabrice Randoux.

- Entrées dans l'hémicycle -

14:48 - Habile - Le député UDI Yves Jégo voit ce vote de confiance comme une "utilisation habile de l'espace parce que pendant qu'on parle des frondeurs, on ne parle pas des chômeurs" rapporte la journaliste de l'AFP Clothilde Mraffko.

14:48 - Gardes - Les gardes républicains forment la haie d'honneur qui, comme à chaque séance de l'après-midi, saluera le président de l'Assemblée dans la salle des Pas perdus du Palais Bourbon, jusqu'à son entrée dans l'hémicycle.

14:44 - Mise en garde - "Toute abstention pose un problème de confiance", a dit Manuel Valls mardi aux députés PS.

14:38 - Vert clair ? - Le député EELV des Français de l'étranger Sergio Coronado (@sergiocoronado) voit aussi des enjeux internes au vote de confiance: "Ai laissé mandat pour aujourd'hui à #NoelMamere, en qui j'ai #confiance. Nouveau départ pour écolos ou unité de façade? On verra au budget!" écrit-il sur Twitter.

Dix-sept des dix-huit députés écologistes devraient s'abstenir, alors que le groupe s'était divisé lors du premier vote de confiance.

14:34 - De l'intérieur - "En soutenant Manuel Valls, on peut obtenir de l'intérieur des infléchissements à sa politique", veut espérer Roger-Gérard Schwartzenberg, chef de file des députés radicaux de gauche, qui voteront pour la confiance.

14:28 - "Imposture" - Sur Twitter, le vice-président du FN Florian Philippot ironise : "Pleins de courage, au secours des sans-dents, les +frondeurs+ s'apprêtent à dire au gouvernement Valls 2 ...+Abstention !+ ... #StopImposture"

14:21 - "Faux suspense" - Le député UMP Eric Ciotti ironise devant les caméras sur "le faux suspense" qu'entretient le gouvernement sur l'issue du vote. "Ce n'est pas ça qui compte, ce qui est grave, c'est la désagrégation de la majorité".

14:20 - Pas de banquette - Signe de l'afflux de journalistes attendus pour ce vote: la banquette qui trône habituellement au centre de la salle des Quatre colonnes, lieu de rencontre entre la presse et les députés, a été retirée, constate le journaliste de l'AFP Vincent Drouin.

- Affluence -

14:16 - "Ad nauseam" - Le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a regretté ce matin sur BFM TV et RMC une surinformation "ad nauseam" sur les frondeurs socialistes. "Manuel Valls sera majoritaire, c'est l'enseignement du jour", d'après lui.

14:15 - Rendez-vous - Autre grand rendez-vous de la semaine: la 4e conférence de presse de François Hollande jeudi, en plein record d'impopularité. Le président, selon son entourage, a l'intention de dresser "un bilan rapide avant de fixer les perspectives de travail de l'exécutif pour les prochains mois et de les inscrire en perspective dans la deuxième partie du quinquennat".

14:09 - Discours - Le Premier ministre prononcera à la tribune un discours d'environ une demi-heure, plus court que sa première déclaration de politique générale le 8 avril, qui avait duré trois quart d'heures, selon son entourage.

14:09 - Meilleur candidat? - 38% des sympathisants PS pensent que Manuel Valls serait le meilleur candidat socialiste pour la présidentielle de 2017, François Hollande n'arrivant qu'en 3e position avec 8%, devant Martine Aubry, selon un sondage OpinionWay/Clai/LCI publié aujourd'hui.

14:07 - Décompte - Pour permettre un décompte des voix immédiatement après la clôture du scrutin, le bulletin est doté d'un code barre afin d'être enregistré électroniquement avant d'être déposé dans l'urne. Chaque député peut recevoir une seule délégation de vote d'un collègue. De ce fait, le nombre de députés réellement présents pourra être inférieur au nombre de votants.

14:05 - Dissidence - Christian Paul, député PS "frondeur", prévoit cette fois "quelques dizaines" d'abstentions socialistes, "probablement une trentaine".

13:59 - Précédent - Lors du vote de confiance du 8 avril, les abstentions s'étaient élevées à 26, dont onze socialistes et six écologistes.

14:02 - EN DIRECT - Cinq mois après un premier vote, Manuel Valls demande de nouveau aux députés d'accorder leur confiance à son gouvernement.

Après une rentrée catastrophique pour l'exécutif, marquée par des sondages calamiteux, le livre-brûlot de Valérie Trierweiler et le scandale Thévenoud, le Premier ministre oscille entre dramatisation et message de sérénité.

Il risque de n'obtenir qu'une majorité étriquée, alors que la révolte gronde dans ses rangs. Dix-sept élus écologistes annoncent qu'ils s'abstiendront, et la dix-huitième, Isabelle Attard, votera contre, comme elle l'avait fait le 8 avril.

Le Premier ministre doit aussi convaincre les "frondeurs" de l'aile gauche du Parti socialiste qui l'accusent de mener une politique de droite. Un de leurs chefs de file a évalué à "probablement une trentaine" les abstentionnistes.

Manuel Valls va s'exprimer à 15H00 (13H00 GMT) devant l'hémicycle avant de laisser les députés voter en fin d'après-midi.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.