Venezuela: le bolivar, de billet de banque à jouet pour enfants

Publié le à Puerto Concha (Venezuela) (AFP)

Comme dans un tripot à l'air libre, ils manient des liasses de billets et multiplient les enchères en jouant aux cartes. Dans le village de Puerto Concha, dans l'ouest du Venezuela, les enfants jouent avec de vrais bolivars qui ne valent plus rien depuis belle lurette.

"Si tu mets cent; tu gagnes cent", lance une fillette en jouant à Ajiley, un jeu de cartes répandu dans le pays sud-américain. A côté d'elle, les billets en monnaie nationale sont stockés dans une boîte en forme de guitare.

En proie à une hyperinflation, le Venezuela opérera vendredi une nouvelle réforme monétaire qui supprimera six zéros aux billets de banque. Le pays en est à sa troisième conversion du bolivar depuis 2008.

Le pays qui traverse la pire crise de son histoire a vu son produit intérieur brut (PIB) chuter de 80% depuis 2013, notamment en raison de la baisse des cours du pétrole, mais aussi de l'effondrement de la production à cause d'une mauvaise gestion et de la crise politique.

Le pouvoir a dû accepter une dollarisation de l'économie et le dollar est désormais utilisé dans 70% des transactions.

A Puerto Concha, un village de pêcheurs, la réforme monétaire semble bien lointaine. Ici, les quelque milliers d'habitants utilisent le peso de Colombie, située à une centaine de kilomètres à vol d'oiseau.

"Ici, le bolivar, c'est de l'histoire ancienne. Le nouveau bolivar, je ne le connais pas et je ne veux pas le connaître. Ca sert à quoi?", lance Jonatan Moran, ouvrier de 32 ans.

Les habitants évoquent des souvenirs et une époque pas si lointaine juste avant la précédente réforme de 2018 où ils étaient obligés de transporter des seaux de billets pour aller faire leurs courses.

Cette dernière conversion en appellera d'autres, prédit l'économiste José Manuel Puente, qui souligne que le Venezuela deviendra vendredi le pays sud-américain à avoir ôté le plus de zéros à sa monnaie, quatorze au total.

Beaucoup d'habitants changent souvent leurs billets verts pour des pesos colombiens car il est difficile de trouver des petites coupures en dollars alors que celles du peso sont... monnaie courante.

On ne se sert du bolivar que pour les paiements par carte, comme dans la boutique de Hugo Fernandes, 24 ans. La dernière fois qu'il a accepté des bolivars en billets, c'était il y a quatre mois, payés par des touristes de passage.

"Je les ai gardés en souvenir parce qu'on n'en n'avait jamais vus. Et maintenant, ils vont les changer à nouveau", raconte le commerçant qui préfère largement le peso colombien "plus stable".

Au détour d'une rue, un tas d'immondices est prêt à être brulé. Parmi les déchets, des dizaines de billets de 100 bolivares à l'effigie du "Libertador".

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info