Venezuela: peinant à mobiliser la rue, Guaido se rapproche de l'armée américaine

Publié le à Caracas (AFP)

Peinant à mobiliser la rue après le soulèvement manqué, l'opposition vénézuélienne se rapproche de l'armée américaine, faute d'avoir pu entamer le soutien des militaires au président Nicolas Maduro.

L'opposant Juan Guaido, reconnu président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis, a demandé à son représentant à Washington Carlos Vecchio de prendre contact avec le commandement américain pour l'Amérique du Sud (Southcom).

Carlos Vecchio a écrit samedi à l'amiral Craig Faller, qui dirige le Southcom, pour mettre en place une "coopération stratégique et opérationnelle afin d'en finir avec la souffrance de notre peuple et restaurer la démocratie", selon un tweet publié lundi qui reproduit ce courrier.

Le Southcom avait affirmé jeudi être "prêt" à discuter du "soutien" qu'il pourrait apporter aux responsables de la Marine vénézuélienne "qui ont fait le bon choix".

Selon l'entourage de Carlos Vecchio, la rencontre pourrait avoir lieu dans les prochains jours.

C'est la première fois qu'un rapprochement entre le camp de Guaido et l'armée américaine est rendu public. Washington, qui n'a de cesse de renforcer ses sanctions contre Caracas, n'écarte pas une intervention militaire au Venezuela.

Caracas a vivement réagi lundi par la voix de la vice-présidente Delcy Rodriguez.

"Nous avons lu et nous rejetons une chose répugnante, un courrier envoyé par un des putschistes qui se cache à Washington, où il demande une intervention militaire au Venezuela", a-t-elle déclaré à la télévision, au côté du général Vladimir Padrino, son ministre de la Défense.

Au Venezuela, où Nicolas Maduro et Juan Guaido sont engagés dans un bras de fer depuis trois mois et demi, l'armée est un acteur central du pouvoir: elle contrôle le secteur du pétrole, poumon économique du pays, et plusieurs ministères.

- Le vent a tourné -

Depuis qu'il s'est déclaré président par intérim le 23 janvier, Juan Guaido n'a eu de cesse d'appeler les militaires à rompre le rang et à tourner le dos au chef de l'Etat socialiste. Ils comptait pour cela sur le soutien de dizaines de milliers de personnes, qui descendaient dans la rue à chacun de ses appels à manifester.

Mais depuis le soulèvement manqué du 30 avril et l'offensive du pouvoir contre les "traîtres" à l'origine de la tentative de rébellion, le vent semble avoir tourné dans la rue.

Samedi, ils n'étaient qu'entre 1.500 et 2.000 sur la place Alfredo-Sadel dans un quartier de l'est de Caracas majoritairement acquis à l'opposition, selon des journalistes de l'AFP.

Au contraire de précédentes manifestations anti-Maduro, qui ont rassemblé des foules beaucoup plus importantes, celle-ci n'a pas quitté la place pour sillonner les rues de la capitale.

Le pouvoir de mobilisation de Guaido a subi une "érosion" qui est "naturelle", a expliqué à l'AFP Félix Seijas, directeur de l'institut de sondages Delphos, qui situe à 59% le niveau de confiance des Vénézuéliens en Guaido, contre 63% lorsqu'il était au plus haut.

"Guaido a vendu l'idée que le soutien à Nicolas Maduro au sein de l'armée n'était pas si important", mais il a été démenti par les faits et "a désormais moins de pouvoir de négociation", selon le cabinet Eurasia Group.

En parallèle à ce rapprochement entre l'opposition vénézuélienne et l'armée américaine, un général vénézuélien considéré comme proche du pouvoir a appelé les forces armées de son pays à se soulever contre Nicolas Maduro dans une vidéo diffusée sur internet.

"Le temps est venu de nous soulever, de lutter (...), il est temps que les forces armées nationales prennent conscience" de la situation, a déclaré Ramon Rangel, qui se présente comme général de division de l'armée de l'air vénézuélienne, dans une vidéo postée dimanche sur YouTube.

Selon la spécialiste des questions militaires et présidente de l'ONG Control Ciudadano Rocio San Miguel, la déclaration de Rangel est "très importante", car elle montre que "le chavisme militaire est en rupture avec Maduro", a-t-elle écrit sur Twitter.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

C’est probablement parce que vous voulez à tout prix éviter les conflits que vous apparaissez très conciliant.

Taureau

Vous réfléchissez beaucoup sans pour autant poser des actes concrets. Vous prenez votre temps.

Gémeaux

Vous ne craignez pas de blesser votre interlocuteur. Vous dites ce que vous pensez sans mettre de gants.

Cancer

Vous convenez assez facilement d’un bon arrangement qui contente tout le monde.

Lion

Vous ressortez déçu d’une réunion ou d’une discussion qui ne se passe pas comme vous le souhaitiez.

Vierge

Vous envisagez un remaniement professionnel. Vous êtes probablement lassé de la fonction que vous occupez.

Balance

Si quelque chose vous déplaît, vous n’hésitez pas à le faire savoir. Vous réagissez au quart de tour.

Scorpion

Vos revenus sont instables. Vous devez dans l’urgence revoir complètement vos priorités en termes de dépenses.

Sagittaire

Ne soyez pas trop optimiste, même si c’est dans votre nature. Regardez la vérité en face.

Capricorne

Vous trouvez l’appui extérieur. Vous pouvez enfin vous reposer sur une personne de confiance.

Verseau

Vous avez beaucoup de difficultés à vous détacher de quelqu’un ou de quelque chose. Vous êtes beaucoup trop nostalgique.

Poissons

Il suffit d’un détail, d’un petit grain de sable dans l’engrenage pour vous faire perdre tous vos moyens.

Notre sélection d'annonces