Virus: assouplissements en France et au Japon, 500.000 morts au Brésil

Publié le à Paris (AFP)

Sorties sans restrictions en France, levée de l'état d'urgence au Japon: certains pays assouplissent dimanche leurs mesures anti-Covid à la faveur d'une embellie sanitaire, une perspective encore lointaine au Brésil qui a franchi le seuil des 500.000 morts et où se profile une troisième vague de l'épidémie.

Trois jours après la fin de l'obligation du port du masque en extérieur, les Français vont retrouver dimanche une vie presque normale: le couvre-feu, instauré il y a huit mois, est levé à partir de 06H00 (04H00 GMT), au vu de la baisse des contaminations.

"La situation s'améliore plus vite que nous l'avions espéré", avait annoncé mercredi le Premier ministre français Jean Castex, qui a averti que la levée du couvre-feu n'empêcherait pas le maintien des protocoles sanitaires pour les lieux publics.

La France, l'un des pays d'Europe les plus touchés par le virus avec plus de 110.000 décès, était l'un des derniers à maintenir une telle mesure avec l'Italie et la Grèce. L'obligation de rentrer chez soi à 23H00 était toutefois de moins en moins respectée.

Avec la levée de cette restriction, elle suit l'exemple de plusieurs pays européens, comme la Belgique, tandis que d'autres, dont l'Allemagne ou l'Espagne, s'orientent vers une levée progressive du port du masque.

Au Japon, à un mois des Jeux olympiques (23 juillet-8 août), l'état d'urgence sanitaire a été levé dimanche comme prévu à Tokyo et dans huit autres départements, mais des restrictions sont maintenues et pourraient limiter la présence d'un public local aux JO.

Ce dispositif d'état d'urgence, instauré fin avril, consistait principalement à fermer les bars et les restaurants en début de soirée et à les empêcher de servir de l'alcool. Il est prolongé jusqu'au 11 juillet pour Okinawa (sud-ouest).

Dans le cadre du dispositif assoupli, les bars et restaurants seront de nouveau autorisés à servir de l'alcool, jusqu'à 19h00, mais devront continuer à fermer à 20h00.

Les restrictions allégées vont aussi permettre d'autoriser des événements (rencontres sportives, concerts) avec spectateurs, mais avec une jauge de 50% des capacités d'accueil de chaque site et dans une limite de 10.000 personnes maximum.

Par ailleurs, les six fan-zones initialement prévues pour suivre sur des écrans géants les compétitions olympiques à Tokyo sont supprimées en raison de la crise sanitaire, a annoncé samedi la gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike.

- Troisième vague -

Au Brésil, devenu samedi le deuxième pays au monde après les Etats-Unis à dépasser le seuil des 500.000 morts du Covid-19, l'augmentation récente des décès quotidiens confirme l'arrivée d'une troisième vague.

Le dernier bilan du ministère de la Santé, sous-estimé selon de nombreux épidémiologistes, fait état de 500.800 morts, dont 2.301 enregistrés lors des dernières 24 heures.

Cette semaine, la moyenne hebdomadaire de décès quotidiens est repassée au-dessus des 2.000 pour la première fois depuis le 10 mai, dans ce pays de 212 millions d'habitants qui accueille depuis dimanche dernier la Copa America de football.

Plus de 60% des décès (303.550) ont été comptabilisés depuis le début de l'année.

La situation est critique dans 19 des 27 Etats brésiliens, avec plus de 80% d'occupation des lits en soins intensifs, et 90% dans huit d'entre eux.

La campagne de vaccination au Brésil a débuté tardivement, à la mi-janvier, et seulement 29% de la population a reçu au moins une dose et 11,36% d'entre elle est complètement vaccinée.

- Record à Moscou -

De son côté, la capitale russe Moscou a enregistré samedi un nouveau record de cas de contaminations par le coronavirus pour le deuxième jour consécutif, avec 9.120 infections en 24 heures. Moscou avait recensé la veille 9.056 nouveaux cas, contre environ 3.000 cas quotidiens il y a deux semaines.

Cette flambée de Covid-19 est due selon les autorités au variant Delta, apparu en Inde et qui menace de submerger les hôpitaux moscovites.

Pour endiguer la propagation du coronavirus, le maire, Sergueï Sobianine, avait décidé d'une semaine chômée du 12 au 20 juin. Il a aussi prolongé vendredi jusqu'au 29 juin la fermeture, décrétée le week-end dernier, des lieux de restauration se trouvant dans des centres commerciaux et la fermeture des restaurants et bars entre 23H00 et 06H00.

Il avait aussi décrété mercredi la vaccination obligatoire des employés du secteur des services. Quelque 60% d'entre eux, soit deux millions de personnes environ, doivent être vaccinés d'ici au 15 août.

La deuxième ville de Russie, Saint-Pétersbourg, également touchée par un rebond des contaminations, lui a emboîté le pas samedi en annonçant comme objectif la vaccination de 65% des fonctionnaires locaux.

L'ancienne capitale impériale, qui doit encore accueillir trois matches de l'Euro de football, a également annoncé que l'accès à sa principale fan-zone, place Koniouchenaïa, serait désormais limité à 3.000 personnes, contre 5.000 auparavant.

En Chine, qui n'a pourtant rapporté vendredi que 30 cas de contamination, la vigilance reste maximale: l'aéroport de Shenzhen a annulé samedi des centaines de vols après la détection d'un cas de variant Delta chez une serveuse d'un restaurant de l'aéroport.

Dans ce contexte, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont appelé vendredi à la prudence lors des matchs de l'Euro face au très contagieux variant Delta.

"Quand je vois des stades remplis dans d'autres pays d'Europe, je suis un petit peu sceptique", a dit la chancelière, dans une référence évidente à la Hongrie, seul pays organisateur de la compétition qui n'impose aucune jauge dans son stade pour cet Euro.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info