Virus: l'Irlande reconfine sa population, multiplication des restrictions

Publié le à Dublin (AFP)

L'Irlande est devenue mercredi le premier pays d'Europe à reconfiner toute sa population alors que le continent, frappé par la deuxième vague de la pandémie, multiplie les restrictions pour endiguer la propagation du Covid-19.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne doivent se retrouver le 29 octobre pour un sommet par vidéoconférence destiné à faire le point sur l'épidémie.

Dans l'espoir de "célébrer Noël correctement", selon les termes du Premier ministre Micheal Martin, les Irlandais sont assignés à résidence pour six semaines à compter de mercredi minuit (23H00 GMT), une première dans l'UE depuis le printemps, mais les écoles resteront ouvertes.

Au Royaume-Uni, le Pays de Galles (trois millions d'habitants) sera, lui, soumis à compter de vendredi à un confinement de deux semaines.

En Irlande comme au Pays de Galles, les commerces non essentiels fermeront.

Les Irlandais ne pourront sortir de chez eux pour faire de l'exercice que dans un rayon de cinq kilomètres, sous peine d'amendes.

En Angleterre, les réunions à plus de six personnes sont déjà interdites et 28 millions de personnes, soit la moitié de la population, dont Londres, sont soumises à des mesures encore plus strictes.

Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, est depuis mardi en alerte sanitaire maximale, ce qui implique notamment la fermeture des bars et pubs ne servant pas à manger et l'interdiction pour différents foyers de se rencontrer. Le Yorkshire du Sud (nord) suivra à partir de samedi.

- Ministre contaminé -

Les signaux sont au rouge aussi en Italie, où deux régions, la Lombardie - la région de Milan, poumon économique du pays, dans le nord - et la Campanie - celle de Naples, dans le sud - vont instaurer un couvre-feu, à partir de jeudi de 23H00 à 05H00 pendant trois semaines pour la première, et à partir de vendredi à 23H00 pour la deuxième.

Premier pays d'Europe frappé par la pandémie au printemps, l'Italie connaît depuis vendredi une forte hausse des contaminations (plus de 10.000 par jour).

La situation est encore pire en France, qui dépasse les 20.000 nouveaux cas quotidiens. Les grandes métropoles françaises dont Paris, soit 20 millions de personnes, sont soumises à un couvre-feu nocturne depuis ce week-end, comme l'ensemble de la Slovénie depuis mardi.

En République tchèque, le gouvernement a annoncé mercredi un confinement partiel: restriction des déplacements sauf pour le travail, les courses et les visites médicales, fermeture de magasins et services.

En Allemagne, qui bat également ces derniers jours ses records de nouvelles contaminations quotidiennes, le ministre de la Santé Jens Spahn a été testé positif au Covid-19.

En Espagne, la ville de Burgos, dans le nord, a rejoint dans la nuit de mardi à mercredi la liste de plus en plus longue des municipalités partiellement bouclées, dont Madrid. La région proche de Navarre subira le même sort à partir de jeudi.

Le secteur touristique de l'Espagne, deuxième destination mondiale, devrait perdre 100 milliards d'euros en 2020, soit -70% par rapport à 2019, selon l'organisation patronale Exceltur.

- Cathay Pacific terrassée -

De l'autre côté de la Méditerranée, plus de cinq millions d'écoliers algériens ont repris le chemin des classes mercredi après sept mois de vacances forcées, avec masque obligatoire, prise de température à l'entrée des écoles et distanciation physique, alors que l'Algérie connaît une recrudescence des contaminations depuis une semaine.

En Iran, qui vient d'enregistrer un nouveau record journalier de contaminations (+5.616, plus de 31.300 morts au total), le ministère de la Santé a assuré la population inquiète qu'il disposait de suffisamment de lits dans les hôpitaux pour soigner les malades du coronavirus.

La pandémie a fait au moins 1.126.465 morts dans le monde depuis fin décembre, dont plus de 254.300 en Europe, selon un bilan établi par l'AFP mercredi. Plus de 40.856.210 cas d'infection ont été diagnostiqués.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec au moins 221.083 décès, suivi par le Brésil (154.837 morts), l'Inde (115.914), le Mexique (86.993) et le Royaume-Uni (43.967).

Ces bilans sont probablement sous-évalués, comme le montre une étude américaine des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) publiée mardi, selon laquelle la surmortalité liée à la pandémie aux Etats-Unis a en réalité été de 300.000 personnes.

Alors que les recherches sur les vaccins se poursuivent, le président vénézuélien Nicolas Maduro a assuré mardi qu'une campagne massive de vaccination commencera dans son pays entre décembre et janvier grâce à des vaccins fournis par la Russie et la Chine. Des essais du vaccin russe "Spoutnik V" doivent débuter fin octobre sur 2.000 volontaires vénézuéliens, dont le fils du président, Nicolas Maduro Guerra.

A Hong Kong, la compagnie aérienne Cathay Pacific, terrassée par l'effondrement historique du trafic dû à la pandémie, va réduire d'un quart ses effectifs, soit 8.500 emplois supprimés.

Le Covid-19, qui dévaste l'économie mondiale, accélère également la conversion numérique du monde du travail, selon un rapport du Forum économique mondial, qui prédit que près de 50% des travailleurs qui conserveront leur poste au cours des cinq prochaines années auront besoin d'une reconversion.

Les géants technologiques américains sont en pointe dans ce domaine: comme Google et Facebook, Amazon a indiqué mercredi prolonger jusqu'à mi-2021 la possibilité offerte à certains salariés de télétravailler. Twitter, Microsoft ou Slack ont aménagé le télétravail permanent pour certains salariés.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info