Virus: l'obligation vaccinale progresse, la faim dans le monde s'aggrave

Publié le à Paris (AFP)

L'obligation vaccinale contre le Covid-19 gagne du terrain, comme en France où elle a été décidée pour les personnels soignants dans le but d'endiguer le variant Delta, dont la progression fulgurante fait craindre une reprise de l'épidémie dans de nombreux pays.

La pandémie qui a fait au moins 4,035 millions de morts, a contribué à une envolée du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2020 et aura des effets à long terme sur la sécurité alimentaire mondiale, a averti lundi la FAO, l'agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation.

Cette aggravation de la faim (+18% sur un an), la plus importante depuis au moins 15 ans, compromet plus que jamais l'objectif des Nations unies d'éradiquer la faim dans le monde d'ici 2030, précise la FAO.

Le partenariat international Covax, qui vise à garantir l'accès aux vaccins des pays les plus pauvres, va recevoir 110 millions de doses des sociétés chinoises Sinovac et Sinopharm.

Le très contagieux variant Delta provoque des flambées épidémiques dans plusieurs régions du monde.

- Nouveau record en Russie -

La Russie a annoncé mardi avoir enregistré un nouveau record de décès quotidiens dus au coronavirus avec 780 morts, le sixième depuis le début du mois, le pays étant frappé de plein fouet par le variant Delta.

En Malaisie, un centre de vaccination de Shah Alam (centre) a fermé mardi après que plus de 200 membres de son personnel de santé eurent été déclarés positifs.

De son côté, la Tunisie a le taux de mortalité lié au Covid-19 "le plus élevé" de la région, a alerté le représentant de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Yves Souteyrand, soulignant que la situation risque encore de s'aggraver dans ce pays qui a besoin d'aide et de vaccins.

Plusieurs pays ont ainsi décidé de durcir leur dispositif sanitaire, notamment pour inciter les personnes encore réticentes à se faire vacciner.

En France, près d'un million de Français, principalement des jeunes se sont rués sur les rendez-vous pour se faire vacciner contre le covid après les annonces du président Emmanuel Macron lundi soir rendant de facto la vaccination nécessaire pour continuer à avoir une vie sociale normale.

Le patron du site de réservation Doctolib a fait état mardi de "926.000 Français qui ont pris un rendez-vous de vaccination".

M. Macron avait annoncé la généralisation début août du pass sanitaire, dispositif qui permet de vérifier qu'une personne est vaccinée ou non contaminée.

Il s'appliquera dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, cinémas mais aussi dans les avions, trains, des lieux où seuls les vaccinés et les personnes testées négatives pourront accéder.

Le président français avait annoncé lundi la vaccination obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques et maisons de retraite, ainsi que pour les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées.

Les personnes concernées "auront jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner" et après cette date seront mis en oeuvre "des sanctions".

L'Allemagne, en revanche, n'a pas "l'intention" de rendre la vaccination anti-Covid obligatoire, a déclaré mardi Angela Merkel, misant encore sur la "volonté" des patients et la "publicité" en faveur des vaccins.

Plusieurs pays ont instauré l'obligation vaccinale pour certaines catégories de population, comme la Grèce qui l'a annoncée lundi pour les soignants à partir du 1er septembre, ou l'Italie pour les médecins et personnels de santé sous peine de sanctions pour les récalcitrants.

Le Royaume-Uni l'avait annoncée le 16 juin pour les personnes travaillant dans les maisons de retraite anglaises.

Le gouvernement britannique a confirmé la levée de presque toutes les restrictions en Angleterre le 19 juillet, baptisé "jour de la liberté", tout en appelant à la prudence.

A l'inverse, les touristiques régions espagnoles de Catalogne et de Valence ont décidé de mettre un frein à la vie nocturne afin de ralentir la transmission du Covid en hausse dans tout le pays.

- "Cupidité" -

Israël a commencé lundi à administrer une troisième dose de vaccin à des patients dotés d'un faible système immunitaire.

Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dénoncé la "cupidité" de ceux qui pensent à l'injection d'une troisième dose quand une bonne partie du monde attend son premier vaccin.

La Russie a annoncé mardi avoir conclu un accord avec le Serum Institute of India (SII) pour produire 300 millions de doses par an de Spoutnik V, vaccin phare de Moscou.

burx-fio/ial/jhd

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info