Virus: record de contaminations en Russie, le variant Delta inquiète

Publié le à Moscou (AFP)

La Russie a enregistré de nouveaux records: elle a recensé dimanche son nombre de contaminations au Covid-19 le plus élevé depuis janvier, alors que les inquiétudes montent dans le monde face au variant Delta, qui pourrait entraîner une nouvelle vague de la pandémie.

La pandémie a accéléré cette semaine dans toutes les régions du monde, sauf en Amérique latine. En Asie, des restrictions strictes ont été imposées en Indonésie, où les hôpitaux sont au bord de la rupture, et au Bangladesh.

Le Covid-19 a fait au moins 3,974 millions de morts depuis son apparition fin 2019, selon un bilan établi dimanche par l'AFP à 10H00 GMT.

La Russie, qui continue d'être frappée de plein fouet par une nouvelle vague de Covid-19 portée par le variant Delta, a annoncé dimanche avoir recensé 25.142 nouvelles contaminations au Covid-19 lors des dernières 24 heures, un record depuis le 2 janvier.

Le pays avait déjà enregistré cette semaine des records de morts dus au coronavirus pendant cinq jours d'affilée, avec 697 décès annoncés samedi. Le bilan pour les dernières 24 heures s'établissait dimanche à 663 morts.

Le Kazakhstan voisin a annoncé dimanche un bilan de 3.003 nouveaux cas en 24 heures, un record pour ce pays d'Asie centrale.

Face à la progression du variant Delta, le débat enfle en Europe sur la vaccination des soignants. En Italie, trois cents d'entre eux ont saisi la justice en vue d'obtenir la levée de l'obligation faite au personnel médical et sanitaire de se vacciner contre le Covid-19, selon la presse.

En France, à l'inverse, une centaine de médecins ont demandé au gouvernement de rendre la vaccination obligatoire pour les soignants des hôpitaux et des maisons de retraite "avant le début du mois de septembre" afin d'"éviter une quatrième vague".

Face à une campagne vaccinale anti-Covid s'essouffle dans le pays, le "Monsieur Vaccin" du gouvernement français, Alain Fischer, a averti que ceux qui attendent "commettent une erreur". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a, lui, mis en garde dimanche contre la "fracture vaccinale" qui pourrait provoquer "du ressentiment entre les Français" vaccinés et les autres.

- "Pression énorme" au Bangladesh -

En Asie, l'Indonésie a imposé samedi un confinement partiel dans la capitale Jakarta, sur l'île principale de Java et à Bali, face à une vague sans précédent d'infections au Covid-19. Les mosquées, les restaurants et les centres commerciaux ont été fermés.

Des milliers de soldats et de policiers ont été déployés dans les rues pour faire respecter les nouvelles mesures en vigueur jusqu'au 20 juillet, et des centaines de postes de contrôle ont été mis en place.

Le pays a enregistré un nouveau record samedi de cas quotidiens, à 27.913, et son système de santé est au bord de l'asphyxie.

Des tentes sont installées sur des parkings pour prendre en charge les patients, les couloirs des hôpitaux débordent de malades allongés sur des brancards, et certains sont refusés.

Au Bangladesh, qui a imposé depuis jeudi un confinement face à une hausse "inquiétante et dangereuse" du nombre de cas, les hôpitaux et familles des victimes n'arrivent plus non plus à faire face au rythme de contaminations dans la ville de Khulna (sud-ouest), devenue l'épicentre de la nouvelle vague de contagions au Covid-19.

"Nous faisons face à une pression énorme au niveau des admissions", a reconnu Niaz Muhammad, médecin en chef du gouvernement pour la région de Khulna.

Des témoignages décrivent la mort de proches qui n'ont pas pu recevoir d'oxygène.

Dans cette ville proche de l'Etat indien du Bengale Occidental, les cimetières sont incapables de gérer l'afflux soudain de décès dans les villes voisines, telles que Satkhira.

- Manifestations au Brésil-

Au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé après les Etats-Unis avec plus de 520.000 morts, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi contre le président Jair Bolsonaro, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire, soupçonné d'avoir omis de signaler une tentative de corruption dans l'achat de vaccins.

"Bolsonaro génocidaire", "Ce n'est pas du négationnisme, c'est de la corruption" ou "Oui aux vaccins", pouvait-on lire sur des pancartes brandies dans une manifestation à Sao Paulo.

Aux États-Unis, pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas (605.493 décès pour 33.713.912 cas recensés), Joe Biden savoure dimanche la fête nationale américaine, malgré les inquiétudes liées au très contagieux variant Delta.

Le président américain a convié un millier de soignants, employés exposés, militaires et leurs familles, à célébrer avec lui à la Maison Blanche la fête de l'Indépendance du 4 juillet, alors que les Etats-Unis sont devenus un modèle de rétablissement sanitaire et de rebond économique, même si l'objectif d'une première dose administrée à 70% de la population adulte n'a pas été atteint.

Le petit Etat américain du Vermont, frontalier du Canada, détient le taux de vaccination contre le Covid-19 le plus élevé des Etats-Unis, avec désormais 82% des plus de 12 ans au moins partiellement vaccinés, loin devant la moyenne nationale de 64%.

burx-slb/at

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info