Washington approuve la libération de cinq détenus de Guantanamo

Publié le à Washington (AFP)

Les Etats-Unis ont approuvé la libération de cinq détenus supplémentaires de la prison militaire de Guantanamo, où sont encore détenus 39 prisonniers présumés complices de groupes terroristes comme Al-Qaïda, selon des documents officiels du Pentagone consultés mercredi.

Jamais formellement inculpés, les Yéménites Mouaz Hamza al-Alaoui, Souheil al-Charabi et Omar al-Rammah, le Somalien Guled Hassan Duran et le Kenyan Mohammed Abdul Malik Bajabu ont reçu leur bon de sortie fin 2021, selon de nouveaux documents publiés cette semaine par la Commission de révision de Guantanamo.

La commission de révision, qui est composée de hauts responsables de l'administration américaine, a jugé qu'ils ne représentaient plus de danger pour les Etats-Unis.

- Quel point de chute? -

Le feu vert à leur libération porte à 18 le nombre des détenus promis à être libérés si les Etats-Unis leur trouvent un point de chute, ce qui pourrait retarder leur sortie effective, car Washington ne rapatrie pas les ex-prisonniers vers le Yémen, pays en proie à une violente guerre civile, ni vers la Somalie, autre pays en crise.

Des experts indépendants mandatés par les Nations unies ont enjoint cette semaine les Etats-Unis de fermer leur prison militaire de Guantanamo, site de "violations incessantes des droits de l'Homme".

Le tristement célèbre centre de détention, ouvert il y a tout juste 20 ans après les attentats jihadistes du 11-Septembre dans le cadre de "la guerre contre le terrorisme", a abrité jusqu'à 780 détenus, d'abord enfermés dans des cages puis les cellules de la prison érigée à la hâte sur la base militaire américaine.

La plupart ont depuis été libérés, certains après plus de 10 ans de détention sans inculpation. Elle en abrite encore 39. Dix d'entre eux, dont le cerveau présumé des attentats du 11-Septembre, Khalid Sheikh Mohammed, dit "KSM", sont en attente de jugement par une commission militaire.

Deux ont été condamnés et neuf autres espèrent encore leur libération.

En déclarant ces cinq détenus libérables, l'administration Biden accélère les efforts pour fermer Guantanamo, qui avaient été gelés sous Donald Trump.

Dans une tribune publiée sur le site Lawfare, la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a estimé que les détenus en attente de jugement, y compris KSM, pourraient être jugés par des tribunaux civils américains plutôt que par la commission militaire, qui a été accusée d'abus, notamment en plaçant sous écoutes les échanges entre les détenus et leurs avocats.

"Maintenant que la guerre en Afghanistan est finie, il est temps de fermer Guantanamo une fois pour toutes", a-t-elle jugé.

- Santé mentale fragile -

Le porte-parole du Pentagone John Kirby a assuré lundi que l'administration américaine restait "engagée dans la fermeture de la prison de Guantanamo Bay", située dans une base militaire américaine sur l'île de Cuba.

Selon leurs avocats, certains de neuf derniers détenus potentiellement libérables souffrent de troubles mentaux, ce qui complique leur éventuelle réinsertion dans leur pays d'origine ou ailleurs.

Le Yéménite Khalid Ahmed Qassim s'est ainsi vu refuser son bon de sortie en décembre, bien que la Commission de révision ait reconnu qu'il n'avait jamais été un haut responsable d'Al-Qaïda ou des talibans.

Selon les documents publiés cette semaine, la Commission a noté qu'il n'obéissait pas aux instructions des responsables de la prison et qu'il n'avait aucun projet de vie qui justifierait sa libération.

La Commission "encourage le détenu à faire des efforts d'obéissance et à contrôler davantage ses émotions", est-il précisé. Elle demande aux avocats du Yéménite à lui présenter d'ici le mois de mai un plan de travail sur "la façon dont sa santé mentale sera gérée s'il est transféré" hors de Guantanamo.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info