Washington et Berlin tentent de clore leur dispute sur le gazoduc controversé

Publié le à Washington (AFP)

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi un accord avec le gouvernement allemand pour clore leur dispute au sujet du gazoduc controversé Nord Stream 2 reliant la Russie à l'Allemagne, mais les opposants à Joe Biden dénoncent un "cadeau" au président russe Vladimir Poutine.

Cet accord, attendu, doit être présenté dans le détail plus tard dans la journée, a confirmé la numéro trois de la diplomatie américaine Victoria Nuland, qui a toutefois dévoilé les principales dispositions: de possibles sanctions contre Moscou en cas de dérapage, et un engagement de Washington et Berlin à plaider ensemble pour le prolongement de dix ans des mesures garantissant le transit par l'Ukraine du gaz russe.

"Si la Russie devait tenter d'utiliser l'énergie comme une arme ou commettre d'autres actes agressifs à l'égard de l'Ukraine, l'Allemagne s'engage, dans cet accord avec nous, à prendre des mesures au niveau national, et à faire pression pour des mesures efficaces au niveau européen, y compris des sanctions pour limiter les capacités d'exportation russes vers l'Europe dans le secteur énergétique", a-t-elle dit.

"L'autre aspect de cet accord, c'est un soutien à l'extension de l'accord sur le transit entre la Russie et l'Ukraine qui prend fin en 2024. Nous allons plaider et faire pression (...) pour dix années supplémentaires", a-t-elle ajouté.

- Zelensky invité fin août -

Les Etats-Unis s'opposent vivement, et depuis des années, à ce gazoduc, quasiment terminé. Ils déplorent qu'il passe par la mer Baltique, mais pas par l'Ukraine, menaçant de priver ce pays d'une partie des revenus perçus sur le transit, mais aussi d'un moyen de pression sur Moscou.

Joe Biden a toutefois fini par renoncer à imposer des sanctions pour bloquer le projet, estimant qu'il était trop tard et qu'il valait mieux miser sur la coopération avec l'Allemagne -- favorable, elle, à Nord Stream 2.

Cette marche arrière a valu au président américain les critiques des républicains, mais aussi de nombreux ténors de son propre camp démocrate.

Lors de sa visite à Washington la semaine dernière, Angela Merkel avait réaffirmé que l'Ukraine devait rester "un pays de transit" pour le gaz russe, tandis que Joe Biden avait dit partager avec la chancelière allemande "la conviction qu'il ne faut pas laisser la Russie utiliser l'énergie comme une arme pour contraindre ou menacer ses voisins". Des déclarations qui avaient posé les jalons de l'accord annoncé mercredi.

Sans attendre les détails, les républicains avaient dénoncé dès mardi ce compromis.

"On a toujours su que Biden partageait le lit de Poutine, voilà que maintenant ils se font des câlins", a raillé, provocateur, le sénateur trumpiste Ted Cruz, évoquant un "cadeau" permettant aux "dictateurs russes" de "faire du chantage énergétique" à l'Europe.

Victoria Nuland lui a répliqué mercredi au Sénat que le gouvernement Biden avait hérité d'un Nord Stream 2 "terminé à plus de 90%", et donc impossible à stopper, alors qu'en 2016, lorsque Donald Trump est arrivé à la Maison Blanche, les Etats-Unis étaient selon elle "en passe de bloquer le gazoduc".

Le sénateur Jim Risch a lui déploré que l'accord avec Berlin ait été "négocié sans la participation et le consentement d'alliés-clés comme l'Ukraine et la Pologne".

La numéro trois du département d'Etat américain a dû démentir les informations selon lesquelles Washington avait fait pression sur les autorités ukrainiennes pour qu'elles taisent leurs critiques.

"Personne d'entre nous n'a fait pression sur l'Ukraine", a-t-elle assuré, évoquant "des consultations étroites avec les Ukrainiens sur chaque aspect de cet accord".

La Maison Blanche a fait savoir dans la foulée que le président Biden recevrait son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky le 30 août.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info