XV de France: une faillite multiple

Publié le à Paris (AFP)

Plus que par les deux "coups du sort" et quelques "détails", mis en avant par les joueurs et le sélectionneur Jacques Brunel, le XV de France s'est sabordé vendredi face au pays de Galles en ouverture du Tournoi des six nations (24-19) en péchant tactiquement, mentalement et techniquement.

+ Ce n'est pas le pied

Après leur première période quasi parfaite -- probablement la meilleure depuis plusieurs années -- à l'issue de laquelle ils menaient 16 à 0, les Bleus ont quasiment arrêté de jouer. Alors qu'ils avaient largement dominé le XV du Poireau avant le repos justement parce qu'ils étaient parvenus à tenir le ballon, comme sur les deux essais, alternant également parfois à bon escient avec du jeu au pied de pression et d'occupation.

Au retour des vestiaires, changement de cap ou presque: il a ainsi fallu attendre la 66e minute pour les voir entrer dans les 40 mètres adverses, une fois les Gallois repassés devant. Avant cela, ils n'ont joué que deux ballons à la main, tapant les autres. Pour rendre de précieuses munitions, exploitées par l'adversaire: le premier essai des hommes de Warren Gatland est par exemple venu d'une tentative de coup de pied (manquée) de Camille Lopez, puis d'un autre de Romain Ntamack.

"On est très mal sorti de notre camp en raison de petites erreurs. Ce n'était pas le cas en première période", a commenté samedi le sélectionneur Jacques Brunel.

"On voit qu'on arrive à mettre à mal les équipes quand on reste dans le plan de jeu, qu'on conserve la balle" avait lui souligné après le match le troisième ligne Wenceslas Lauret.

+ "Peur de gagner"

Les Français semblent donc avoir joué "petit bras". Par suffisance, sentant la victoire acquise? "Non, on a pris suffisamment de claques en peu de temps pour (ne pas) +péter plus haut que notre cul+", a répondu le troisième ligne Arthur Iturria.

Mais ils ont été rattrapés par leurs vieux démons, ceux d'une équipe en panne de confiance. Qui ne sait plus comment gagner, conserver un score, après avoir perdu huit de ses onze matches en 2018, dont deux où elle tenait le match jusqu'aux derniers instants (Irlande dans le Tournoi, Afrique du Sud en novembre). "Une ou deux erreurs nous font rebasculer, on retombe dans nos travers et on sent cette peur de gagner qui ressurgit", a convenu Baptiste Serin.

"Il est impossible de dire que l'accumulation (de défaites, désormais neuf en douze matches depuis son arrivée fin 2017, NDLR) ne pèse pas dans les têtes des joueurs" a estimé samedi Brunel, pour qui les maux bleus ne relèvent pas seulement de la "psychologie". "C'est également (un problème) d'organisation, de précision, technique."

+ Des erreurs techniques

Dans les dix dernières minutes, comme en seconde période, le XV de France a ainsi été plombé par des erreurs techniques, à commencer par les deux bourdes de Sébastien Vahaamahina et Yoann Huget sur les deuxième et troisième essais gallois. Puis deux en avants (77 et 80+2), le premier consécutif à une pénaltouche devant la ligne galloise derrière laquelle les Bleus n'ont pas réussi à mettre de l'avancée.

Soit tous ces fameux et éternels "détails" qui font la différence entre la victoire et la défaite et que ne maîtrisent pas les Bleus, dans un contexte de haute pression mentale et physique. "L'équipe a baissé de rythme sans le ballon, mais je ne suis pas sûr que ce soit un problème de physique" a répondu Iturria.

Le Clermontois et ses coéquipiers vont devoir, encore et toujours, régler la mire avant de se rendre dimanche prochain en Angleterre. Et panser leurs maux de tête, en s'appuyant sur les promesses nées de la première période. "On ne peut pas être plus bas que terre, on est déjà sous terre. Il faut réussir à renverser ce cycle et repartir de l'avant. On sait qu'on en a la possibilité", a souligné Lauret.

"Il va falloir encore une fois se remettre les idées en place, partir avec la conviction qu'on est sur la bonne voie malgré les revers que l'on peut subir", a abondé samedi Brunel. Dans un éternel refrain, trop souvent entendu l'année écoulée.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Même si cela ne vous enchante pas, vous devez vous plier aux exigences de votre activité.

Taureau

N’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un ami avant de prendre une décision.

Gémeaux

Ne vous mêlez pas systématiquement des affaires des autres. Balayez d’abord devant votre porte.

Cancer

Votre activité professionnelle revient au cœur de vos préoccupations. Vous êtes face à un choix.

Lion

Il n’est pas trop tard pour prendre une bonne résolution financière. Ne vous enfoncez pas davantage.

Vierge

L’ambiance familiale est au beau fixe et votre vie de couple harmonieuse. Que demander de plus ?

Balance

De nouveaux contacts vous ouvrent de belles perspectives dans votre cadre de travail. Vous pouvez les saisir sans crainte.

Scorpion

Vous constatez beaucoup de jalousie tout autour de vous. Vous préférez l’ignorer.

Sagittaire

Optimiste comme souvent vous pouvez l’être, vous vivez aujourd’hui l’instant présent sans vous poser de question.

Capricorne

Vous redoublez de vigilance dans votre cadre professionnel. Vous ne voulez pas prendre le risque de perdre un avantage.

Verseau

C’est le volet financier d’un contrat qui vous préoccupe aujourd’hui. Lisez bien entre les lignes.

Poissons

Vous avez une bonne concentration, idéal si vous devez faire preuve de précision, au travail ou dans une activité.

Notre sélection d'annonces