Yémen: une résolution du conflit peu probable malgré l'engagement de Biden

Publié le à Dubaï (AFP)

Les belligérants au Yémen ont réaffirmé leur volonté de mettre fin au conflit après que le président américain Joe Biden s'est engagé à soutenir les "efforts diplomatiques", mais une solution apparaît toujours hors de portée à ce stade, affirment vendredi des experts.

Le conflit au Yémen oppose depuis plus de six ans les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, aux forces gouvernementales, soutenues depuis 2015 par une coalition menée par l'Arabie saoudite. Il a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, selon des organisations internationales, et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.

Dans son premier discours de politique étrangère depuis qu'il a succédé à Donald Trump, Joe Biden a mis fin jeudi au soutien américain à la coalition, appelé à renforcer les efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit et confirmé la nomination d'un diplomate chevronné, Timothy Lenderking, comme émissaire pour le Yémen.

"Cette guerre doit cesser", a-t-il martelé, annonçant l'annulation de ventes d'armes, notamment des "munitions de précision", à l'Arabie saoudite.

Le gouvernement yéménite, reconnu par la communauté internationale, a salué ces annonces, soulignant "l'importance de soutenir les efforts diplomatiques" et saluant la nomination de M. Lenderking comme une "étape importante" pour "mettre fin à la guerre causée par les Houthis soutenus par l'Iran".

L'Iran, ennemi juré des Etats-Unis et cible d'une campagne de "pression maximale" de la part de l'administration de Donald Trump, nie fournir des armes aux Houthis mais ne cache pas son soutien politique aux rebelles.

Les Houthis, qui contrôlent une grande partie de l'Ouest et du Nord dont la capitale Sanaa, ont apporté leur soutien à l'approche de la nouvelle administration américaine, qui a aussi indiqué en janvier qu'elle reconsidèrerait la décision de M. Trump d'inscrire les rebelles sur sa liste des "organisations terroristes".

"Pour vraiment mettre fin au conflit, il faut mettre fin à l'agression et au blocus", a déclaré sur Twitter un porte-parole Houthi, Mohamed Abdel Salam, en référence à l'intervention de la coalition.

- Solution lointaine -

Sans mentionner la fin du soutien américain à la coalition conduite par l'Arabie, Ryad a salué "l'engagement" de M. Biden "à coopérer avec le royaume pour défendre sa souveraineté et contrer les menaces contre elle". L'Arabie saoudite est depuis des mois la cible d'attaques répétées (missiles, roquettes, drones) menées par les rebelles.

Ryad a aussi réaffirmé son soutien à "une solution politique globale" au Yémen et s'est félicité "que les Etats-Unis soulignent l'importance des efforts diplomatiques".

Mais sur le terrain, une solution apparaît quasiment impossible.

"La guerre ne prendra pas fin, personne ne veut y mettre fin. C'est de la propagande", assène Huda Ibrahim, femme au foyer de 38 ans qui habite la ville portuaire de Hodeida, par laquelle transite l'essentiel de l'aide humanitaire et où une trêve fragile est en vigueur depuis un accord conclu en 2018 sous l'égide de l'ONU.

"Je ne suis pas optimiste (...) Comment un conflit peut-il prendre fin si les affrontements ne s'arrêtent même pas pour une seule nuit", déclare-t-elle à l'AFP, faisant référence à la recrudescence des violences depuis la mi-janvier à Hodeida.

- "Parler aux Iraniens" -

"Les annonces de Biden (...) sont une excellente première étape", tempère Annelle Sheline, spécialiste du Moyen-Orient au Quincy Institute for Responsible Statecraft.

"Mais le diable est dans les détails, il faut voir ce que +fin à tout soutien américain aux opérations offensives+ veut dire dans la pratique", ajoute-t-elle, citant le président Biden.

"Qui déterminera ce qu'est une opération offensive, les Etats-Unis ou l'Arabie saoudite? Comment cela sera défini? Les Saoudiens, par exemple, affirment que tous leurs efforts de guerre sont défensifs", explique Mme Sheline.

Les Houthis affirment que leurs missiles sont "destinés à la défense du Yémen", selon Mohamed Abdel Salam.

"Mettre fin au soutien américain et mettre fin à la guerre sont deux choses très différentes (...) pour vraiment mettre fin à la guerre, nous avons besoin de diplomatie, et pour cela, nous devons être capables de parler aux Iraniens à nouveau", conclut l'experte.

burs-sy/dv/mdz/bfi

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info