Action anti-terroriste - "C'était une question d'heures peut-être, au maximum quelques jours"

Belga

Quinze personnes, dont la plupart de nationalité belge, ont été privées de liberté dans le cadre de l'enquête sur une cellule djihadiste qui s'apprêtait à commettre un attentat contre des policiers, a annoncé vendredi le parquet fédéral, indiquant que "c'était une question d'heures peut-être, au maximum quelques jours". Treize personnes ont été interpellées en Belgique, deux autres en France. Deux djihadistes ont également été abattus par la police à Verviers. Leurs dépouilles sont en cours d'identification.

Action anti-terroriste - "C'était une question d'heures peut-être, au maximum quelques jours"

La cellule avait pour objectif de tuer des policiers en exercice, dans la rue et dans des commissariats. Elle "prévoyait des attaques sur l'ensemble de la Belgique". Certains suspects interpellés jeudi ont séjourné en Syrie, a confirmé le parquet. Celui-ci a en revanche refusé de commenter d'autres informations non vérifiées qui circulent sur ce dossier. Douze perquisitions ont été menées jeudi: deux à Verviers, six à Molenbeek, une à Bruxelles, une à Berchem-Sainte-Agathe et une à Liedekerke. Treize personnes ont été privées de liberté: une à Verviers, neuf à Molenbeek, deux à Bruxelles et une à Berchem-Sainte-Agathe. Le délai de garde à vue étant de 24 heures, on devrait savoir ce soir si un ou plusieurs suspects seront placés sous mandat d'arrêt. A Verviers, quatre armes de guerre de type Kalachnikov et quatre armes de poing ont été saisies, ainsi que des munitions et explosifs, une importante somme d'argent, des GSM, des faux documents, des uniformes et du matériel de police tels que des talkie-walkie. A Molenbeek, la police a mis la main sur une arme de poing, un couteau, des munitions et des GSM. L'opération visait le démantèlement d'une cellule terroriste et de ses supports logistiques. Deux personnes ont également été interpellées en France. Mais l'action anti-terroriste "ne fait pas partie d'une opération à grande échelle au niveau européen", a assuré le parquet devant un parterre de journalistes belges et étrangers, notamment français, chinois, japonais et américains. "Il s'agit essentiellement d'une opération belge menée en Belgique." Il n'y a jusqu'à présent pas de lien établi entre les événements survenus jeudi en Belgique et les dernières attaques terroristes dans l'Hexagone, comme l'a confirmé jeudi le Premier ministre français Manuel Valls. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be