TC Bruxelles - Jusqu'à 20 ans de prison requis contre des trafiquants de drogue présumés

Belga

Le procureur fédéral a requis, vendredi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines allant de 40 mois à 20 ans de prison à l'encontre de quatorze prévenus dans un dossier de trafic de drogue à échelle internationale. Ceux-ci sont suspectés d'avoir formé une organisation criminelle qui a acheminé des stupéfiants du Maroc vers l'Espagne puis la Belgique, sous couvert, entre autres, d'une entreprise de fruits et légumes fictive. Plusieurs d'entre eux comparaissent également pour une prise d'otage avec torture, dans une villa de Marbella, sur la Costa del Sol."Nous sommes bien face à du crime organisé", a exposé le procureur au tribunal, "avec un transport de drogue régulier et intense, avec l'utilisation de sociétés commerciales comme façade - ici, c'est les fruits et légumes - pour justifier les remontées de camions de l'Espagne vers la Belgique, avec aussi l'utilisation de "cryptophones" dont l'abonnement est de 1.000 euros par mois, avec encore l'usage d'alias et de faux documents, et avec le recours aux menaces et à la violence", a-t-il évoqué. Selon l'enquête, début avril 2019, le prévenu R.M. a été enlevé puis séquestré dans une villa à Marbella, louée par le prévenu Hamza Akarkach, un Français de 30 ans, pour lequel la police fédérale a diffusé un avis de recherche. R.M. a été violemment battu, accusé par ses comparses d'avoir volé 80 kilos de drogue qu'ils acheminaient. Après avoir réussi à s'enfuir, il avait expliqué son calvaire à la police espagnole avant de se rétracter. Pour le procureur, les faits sont établis. "Il y a des photos au dossier. Monsieur ressemblait à un extraterrestre tellement il était couvert de bleus, les os du visage brisés, de la colle dans les cheveux et sa veste Emporio Armani puant l'essence", a-t-il énoncé. Le représentant du parquet fédéral a requis une peine de 15 ans de prison à l'encontre du Français A.S., qu'il soupçonne d'être à la tête de la "direction belge" de la filière d'acheminement de la drogue. Cet homme a déjà été lourdement condamné en France. Il avait par ailleurs été un temps soupçonné dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'Oussama Ben Alla, dont le corps avait été retrouvé le 12 juin 2015 dans le canal de Bruxelles, avant d'être disculpé. Le véritable meurtrier, Sami Akhbriche, vient d'être condamné par la cour d'assises de Bruxelles, jeudi, à une peine de 20 ans de prison. Le procureur a requis par défaut une peine de 20 ans de prison à l'encontre de Hamza Akarkach et une peine de 15 ans de prison à l'encontre d'Aziz Mozoune, qu'il soupçonne d'être tous deux à la tête de la "direction française" de cette filière. Ces individus, réputés dangereux, font l'objet d'un avis de recherche depuis le 1er avril 2019, dans le cadre de cette enquête. Le magistrat a aussi requis une peine de 20 ans de prison à l'encontre de L.K., déjà condamné à de nombreuses reprises. Du sang de R.M., celui qui avait été pris en otage, a été retrouvé sur l'un de ses vêtements, ce qui laisse penser qu'il était l'un des bourreaux. Quatorze ans de prison ont été requis par défaut à l'encontre du prévenu T.S., qui est lié à la découverte de 2 tonnes de drogue en Espagne, et 12 ans à l'encontre de deux autres prévenus, A.A. et M.M.. Ce dernier a notamment été pris en photo près de la villa où R.M. a été retenu en otage. Ces deux prévenus sont eux aussi toujours en fuite. Le procureur a poursuivi en réclamant des peines de 10 ans de prison à l'encontre de M.S. et d'A.B.V., suspectés d'avoir soit chargé et transporté la drogue soit de l'avoir stockée dans des hangars. Il a requis cette même peine à l'encontre d'O.L. et de M.J., tous deux suspectés d'avoir mis en place des structures commerciales à l'appui des trafiquants de drogue. M.J. n'est pas inconnu de la justice. Il a été condamné à 3 ans de prison avec sursis par la cour d'appel de Bruxelles dans le "dossier cachalot", relatif à l'une des plus importantes fraudes sociales que la Belgique ait connue. Une peine de 4 ans de prison a également été requise à l'encontre de J.R., suspecté d'avoir joué les hommes de paille dans ces structures commerciales. Une condamnation à 5 ans de prison ferme a été requise pour R.M. qui, bien qu'il ait été aussi victime dans ce dossier "n'est pas un enfant de ch?ur", selon le représentant du ministère public. Ce dernier a rappelé qu'il avait déjà été condamné pour faits de viol et pour une fusillade. "Des photos et des messages relatifs à des pains de haschich, des fleurs de cannabis, etc. Sont trouvés dans son téléphone. En 2020, en plein confinement il répond dans un SMS : 'il n'y a plus de stup', plus rien, tout est bloqué'. C'est un trafiquant de drogue", a avancé le procureur. Enfin, une condamnation à 40 mois de prison ferme a été sollicitée par l'accusation à l'encontre de S.S. pour la vente de stupéfiants au détail, et l'acquittement pour la prévention de membre d'une organisation criminelle. Le procès se poursuivra mercredi avec les plaidoiries de la défense. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be