Affaire Navalny: Londres juge difficile de trouver une autre explication que celle d'une émanation russe

Publié le à LONDRES (GBR)

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a jugé dimanche "très difficile" de penser à une explication "plausible" autre que celle d'une "émanation de l'Etat russe" dans l'affaire de l'empoisonnement de l'opposant Alexeï Navalny. Interrogé sur Sky news, alors que le président américain Donald Trump a dit ne pas avoir de preuves de l'empoisonnement, sans pour autant douter de celles que Berlin dit avoir en sa possession, M. Raab a estimé qu'il est "clair que le Novitchok a été utilisé". Le chef de la diplomatie britannique s'est prévalu de "l'expérience" du Royaume-Uni en 2018 lorsque "les services de sécurité russes ont utilisé le Novitchok dans l'attaque de Salisbury" contre l'ex-agent double Sergueï Skripal, qui a survécu. Moscou a démenti toute implication. "Il est très difficile", quant à la question d'attribuer l'empoisonnement de M. Navalny, "de penser à une autre explication plausible que celle d'une émanation de l'Etat russe", a déclaré Dominic Raab, "simplement" car il est difficile de disposer de cet agent neurotoxique conçu à l'époque soviétique à des fins militaires. "Ce qui est clair, c'est que le gouvernement russe doit répondre à toute une série de questions graves", a-t-il poursuivi. "Avec nos partenaires allemands et autres", "nous allons travailler au sein de l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques", "pour que la Russie rende des comptes, qu'il s'avère qu'il s'agit d'une action étatique ou non", a-t-il poursuivi. La Russie, qui est membre de la convention contre les armes chimiques, "a toute une série d'obligations, non seulement de ne jamais utiliser d'armes chimiques, qui sont infâmes, qui sont, franchement du pur gangstérisme, mais aussi de s'assurer qu'elles ne puissent être utilisées sur le sol russe". L'Allemagne, qui assure actuellement la présidence tournante de l'Union européenne, a menacé Moscou de sanctions faute de réponse "dans les prochains" jours dans cette affaire. Principal opposant russe, Alexeï Navalny est actuellement hospitalisé à Berlin. Selon le gouvernement d'Angela Merkel, il a été "sans équivoque" empoisonné en Russie lors d'une tournée électorale, avant son transfert en Allemagne. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accueilli cette semaine avec "une bonne dose de scepticisme" les accusations de tentative d'assassinat et demandé à Berlin de fournir des preuves. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info