Assises Bruxelles - Marek Krawczyk est reconnu coupable de meurtre

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Le jury de la cour d'assises de Bruxelles a reconnu, mercredi soir, l'accusé Marek Krawczyk coupable du meurtre de son colocataire, Radoslaw Barwieju. Le corps sans vie de cet homme avait été découvert le 8 janvier 2019 dans un appartement de la rue Berckmans à Saint-Gilles.Les jurés ont considéré que "la culpabilité de Marek Krawczyk est établie au-delà de tout doute raisonnable". Ceux-ci se sont notamment basés sur le rapport des médecins légistes. "Le docteur De Boosere a relevé que le corps présentait plusieurs plaies par instrument tranchant et piquant. Lors de l'autopsie, les médecins ont confirmé ce constat, en relevant notamment une plaie au gril costal, associée à une perforation du péricarde et une section du c?ur, qui ont entraîné un pneumothorax", expose l'arrêt de la cour. "L'accusé a par ailleurs reconnu être l'auteur des coups de couteau, mais sa défense a soutenu qu'un trouble de comportement, lié à son accident vasculaire cérébral en 2013, a pu altérer son jugement. Or, il est établi que son comportement ne présentait pas un caractère fortuit, compte tenu de son importante consommation d'alcool le soir des faits. Par ailleurs, il n'est pas établi au-delà de toute vraisemblance que les séquelles de son accident vasculaire cérébral soient en lien avec son passage à l'acte", dit encore l'arrêt. Quant à l'intention homicide, elle résulte, selon les jurés, de l'arme utilisée, du nombre de coups portés, environ une dizaine, de la force déployée, au point de fracturer des éléments de la structure osseuse, et enfin de l'absence de lésions de défense chez l'accusé, alors que la victime en présente plusieurs. Le 8 janvier 2019 vers 09h30, Marek Krawczyk s'est présenté au commissariat du Parvis de Saint-Gilles, affirmant que son colocataire était décédé. Il présentait des traces de coups au visage et son pull était taché de sang. Il a immédiatement été privé de liberté. Une patrouille s'est ensuite rendue à l'adresse indiquée par Marek Krawczyk, rue Berckmans, dans un appartement au premier étage. Les policiers y ont découvert un homme d'une trentaine d'années inanimé et présentant plusieurs blessures par arme blanche, notamment au niveau du thorax. Il a été identifié comme étant Radoslaw Barwiejuk, âgé de 36 ans et de nationalité polonaise. Selon les informations de la police, il vivait en Belgique depuis six ou sept ans et était connu pour plusieurs faits de rébellion, d'outrage, de coups et blessures, de troubles à l'ordre public et de menaces. Lors de ses premières auditions devant les enquêteurs, Marek Krawczyk a déclaré qu'il était rentré chez lui et qu'il avait découvert le corps de Radoslaw sur le sol. Il a émis l'hypothèse que ce dernier avait ouvert la porte à une personne qu'il connaissait et qui l'a agressé. Les enquêteurs ont ensuite confronté l'accusé à certains éléments d'enquête qui ne coïncidaient pas avec sa version des faits. Notamment, les images de caméras de vidéo-surveillance de la rue montraient que seuls deux hommes, l'accusé et la victime, étaient entrés dans l'appartement au cours de la soirée du 7 janvier et de la nuit suivante. Plusieurs mois après le début de l'enquête, en mai 2019, Marek Krawczyk a finalement avoué qu'une bagarre avait éclaté entre Radoslaw et lui, au cours de laquelle il l'avait poignardé. Le débat sur la peine se tiendra jeudi matin. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info