Bolsonaro lance un comité de crise anticovid

Publié le à Brasilia

Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé mercredi la création d'un comité de crise pour lutter contre le Covid-19 qui fait des ravages dans son pays, face aux critiques sur sa gestion chaotique de la crise sanitaire depuis un an."Le sentiment qui prévaut, c'est la solidarité pour minimiser les effets de la pandémie. La vie avant tout", a déclaré le dirigeant d'extrême droite, au lendemain du jour où le Brésil a enregistré plus de 3.000 décès en 24 heures, un record. Il s'est adressé aux journalistes à l'issue d'une réunion à Brasilia avec la plupart de ses ministres, les présidents des deux chambres du Parlement, de la Cour suprême et les gouverneurs de plusieurs Etats. Tous les participants sont apparus devant la presse portant un masque, y compris le président Bolsonaro qui n'en a que très peu porté lors de ses apparitions publiques depuis le début de la pandémie. Le comité de crise, qui regroupera les 27 gouverneurs, des représentants du Parlement et du nouveau ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, se réunira une fois par semaine, a précisé M. Bolsonaro. "Sans conflit, sans politisation, c'est le chemin à suivre pour que le Brésil sorte de cette situation compliquée", a conclu le chef de l'Etat, alors que le pays devrait franchir mercredi soir le seuil des 300.000 décès causés par le coronavirus. Même si le chef de l'Etat prône à présent l'union nationale, il n'a cessé de critiquer les mesures de restrictions imposées par les gouverneurs des Etats. Les détracteurs du gouvernement ont souligné que cette initiative visant à coordonner au niveau national les mesures pour combattre le virus arrive beaucoup trop tard, plus d'un an après l'annonce du premier décès de Covid-19 au Brésil. "Pendant 12 mois, Bolsonaro a minimisé la pandémie, provoqué des rassemblements, s'est prononcé contre l'usage de masques et a saboté les négociations pour l'acquisition de vaccins", a résumé le quotidien Folha de S. Paulo dans un éditorial. La vaccination, qui a débuté tardivement, à la mi-janvier, avance encore lentement: 11,1 millions de Brésiliens, soit 5,2% de la population, ont reçu au moins une dose de vaccin et 3,5 millions seulement deux doses. Malgré son changement de discours sur la plupart des thèmes liés à la pandémie, M. Bolsonaro a tout de même insisté mercredi sur "la possibilité de traitements précoces", avec l'hydroxychloriquine ou d'autres médicaments jugés inefficaces par les scientifiques. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info