Conflit au Yémen - La baisse des dons, "une peine de mort" contre le Yémen, selon l'Onu

Publié le à DUBAÏ (ARE)

Les promesses de dons "décevantes" pour assurer une aide au Yémen, pays ravagé par la guerre et au bord de la famine, équivalent à une "peine de mort", a regretté lundi l'Onu à l'issue d'une conférence internationale où elle a récolté seulement 1,7 milliard de dollars, sur les 3,85 milliards espérés.Plus de 100 gouvernements et donateurs particuliers ont participé à une réunion virtuelle co-organisée par la Suède et la Suisse, pendant que les violences s'intensifient à Marib, dans le nord du Yémen, entre les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, et le gouvernement, appuyé par l'Arabie saoudite. A l'ouverture de la réunion, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait exhorté les donateurs à assurer une aide de 3,85 milliards de dollars (environ 3,18 milliards d'euros), afin d'empêcher la famine d'"engloutir" le pays très pauvre de la péninsule arabique où "l'enfance est un enfer". "Le résultat de la réunion d'aujourd'hui (...) est décevant", a regretté M. Guterres, expliquant que les promesses de dons restent moins importantes que l'aide versée en 2020, qui manquait déjà de 1,5 milliard de dollars sur les 3,4 milliards nécessaires. Dans un contexte de pandémie, la situation a empiré l'année dernière avec la chute des financements de l'aide. "Des millions d'enfants, de femmes et d'hommes yéménites ont désespérément besoin d'aide pour vivre. Réduire l'aide équivaut à une peine de mort", a déploré le chef de l'ONU dans un communiqué. "Je remercie ceux qui se sont engagés généreusement et je demande aux autres de réfléchir à nouveau à ce qu'ils peuvent faire pour contribuer à éviter la pire famine que le monde ait connue depuis des décennies", a insisté Antonio Guterres. Le conflit, déclenché en 2014 par une offensive des rebelles qui ont conquis de vastes pans du territoire, a tué des dizaines de milliers de personnes selon des ONG et poussé des millions d'autres au bord de la famine. C'est la pire crise humanitaire au monde d'après l'Onu. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info