Contrecoup post-estival pour le marché immobilier

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Après un été chargé, en raison d'un effet de rattrapage à la suite de la première vague du coronavirus, le marché immobilier a de nouveau accusé le coup en octobre. Le nombre de transactions immobilières a ainsi diminué de 18,8% au niveau national par rapport à octobre 2019, indique samedi la Fédération royale du notariat belge. Derrière la tendance nationale se cachent néanmoins d'importantes disparités régionales. Le nombre de transactions immobilières a reculé de 3,9% à Bruxelles, 6,5% en Wallonie et 24,8% en Flandre. "Pourquoi une telle diminution de l'activité en Flandre? Cela s'explique assez facilement. Le mois d'octobre 2019 avait été exceptionnel. Pour rappel, le gouvernement flamand avait annoncé la fin du woonbonus, un avantage fiscal important, pour le 31 décembre 2019 et les candidats-acquéreurs s'étaient pressés en très grand nombre sur le marché immobilier pour pouvoir encore bénéficier de cet avantage", analyse Renaud Grégoire, porte-parole de notaire.be. "En Wallonie et à Bruxelles, après des mois d'été très chargés, on constate une accalmie sur le marché." Depuis le début de l'année, soit entre le 1er janvier et le 31 octobre, le nombre de transactions immobilières a diminué de 5,8% en 2020 en Belgique par rapport à la même période de 2019. C'est en Flandre que la baisse est la plus forte (-8%), suivie par Bruxelles (-6,6%) et la Wallonie (-1,2%). (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info