Coronavirus - Afghanistan: l'émissaire américain demande un "cessez-le-feu humanitaire"

Publié le à KABOUL (AFG)

L'émissaire américain chargé des négociations entre Etats-Unis et talibans a demandé dimanche aux insurgés de mettre en place un "cessez-le-feu humanitaire" en Afghanistan afin de faciliter la lutte contre un "ennemi commun": le coronavirus. "Le bien être du peuple afghan et du pays dépend de l'engagement de tous les partis à consacrer toute leur énergie à la lutte contre la pandémie du Covid-19, l'ennemi commun de tous", a écrit Zalmay Khalilzad dans une série de tweets. "Le ramadan est l'occasion pour les talibans d'accepter le cessez-le-feu humanitaire afin de réduire la violence et de suspendre leurs opérations d'offensive militaire jusqu'à la fin de la crise sanitaire", a-t-il expliqué. Pour l'instant, 1.531 cas de coronavirus, dont 50 décès, ont été officiellement recensés dans le pays. Mais, les capacités de dépistages étant extrêmement limitées, beaucoup craignent que les chiffres réels ne soient bien plus élevés. Le message de l'émissaire américain a été suivi quelques heures plus tard par un communiqué des talibans, dans lequel ces derniers rejettent toute demande de cessez-le-feu, sans pour autant mentionner directement M. Khalilzad. De nombreux acteurs, dont l'Otan et le gouvernement afghan, ont aussi récemment appelé les insurgés à cesser les violences. M. Khalilzad a aussi demandé au président afghan Ashraf Ghani et à son rival Abdullah Abdullah de mettre fin à leurs querelles afin de se concentrer sur la lutte contre le virus. M. Abdullah, arrivé second lors de la présidentielle de septembre 2019, entachée par des accusations de fraude, s'est lui aussi déclaré président, plongeant le pays dans une crise politique. "Le ramadan offre aux dirigeants afghans, président Ghani et Dr Abdullah, l'opportunité de placer l'intérêt du pays avant les leurs", a écrit M. Khalilzad. Dans leur communiqué de dimanche, les insurgés ont également accusé l'Otan de vouloir "intensifier et continuer la guerre", alors que l'alliance continue d'aider les forces de sécurité afghanes en les entrainant et leur apportant un soutien logistique et financier. "Demander un cessez-le-feu et une réduction de la violence alors que le camp opposé ne respecte pas ses propres obligations est illogique et opportuniste", a écrit le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid. Les insurgés ont récemment intensifié leurs attaques contre les forces afghanes, tuant des dizaines de soldats et policiers dans une série d'attaques la semaine dernière. Selon l'accord américano-taliban signé fin février, Washington a promis un retrait total des forces étrangères d'Afghanistan sous 14 mois, à condition que les insurgés respectent des engagements sécuritaires et entament un dialogue avec Kaboul. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info