Coronavirus - Des biochimistes de l'ULB ont développé une méthode pour doser l'hydroxychloroquine

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Les biochimistes du Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles (LHUB-ULB) ont mis au point une méthode de dosage pour optimiser la posologie de l'hydroxychloroquine, médicament administré à la plupart des patients atteints du Covid-19 en Belgique et habituellement utilisé pour les maladies inflammatoires. Ils assurent donc la sécurité des traitements avec des analyses de sang. Si deux patients reçoivent la même dose d'hydroxychloroquine, les concentrations de la molécule dans le sang seront différentes. Comme pour d'autres médicaments, il faut donc individualiser le dosage. S'il y a trop de médicament dans le sang, cela peut provoquer des effets oculaires et cardiaques dangereux. "Il faut se situer dans l'intervalle thérapeutique: au-dessus, c'est toxique et en dessous, c'est inefficace", résume Frédéric Cotton, chef du service de chimie médicale du LHUB-ULB. "Les doses dans le Covid-19 sont parfois plus fortes que les celles utilisées d'habitude, avec un risque de toxicité", ajoute-t-il. D'où le besoin pour les médecins de travailler sur la base d'analyses. "Nous examinons le sang des malades les 2e et 5e jours de leur traitement", explique Frédéric Cotton. Les cliniciens diminuent la dose ou arrêtent le traitement si les concentrations sont trop élevées. "Mais pour le moment, nous n'osons pas augmenter si la concentration se trouve sous l'intervalle thérapeutique. Nous ne sommes pas sûrs que c'est le bon traitement. Nous n'allons pas donner des doses potentiellement toxiques", explique Maya Hites, infectiologue à l'hôpital Erasme. L'efficacité de l'hydroxychloroquine contre le coronavirus n'est en effet pas prouvée. La posologie ne se base pas sur des données cliniques observées dans le corps humain, mais sur un modèle théorique extrapolé à partir de tests in vitro. "Monitorer le dosage ne sert pas à viser une concentration optimale pour traiter le Covid-19, qu'on ne connait pas. Cela nous permettra d'analyser, dans les semaines à venir, s'il y a une raison de faire les choses différemment", espère Maya Hites. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info