Coronavirus - La crise du Covid a brisé des années de croissance du travail étudiant

Publié le à Bruxelles (Belgique)

La crise du Covid-19 a brisé l'élan de croissance du travail étudiant. Moins d'étudiants occupent une fonction et le travail au noir a augmenté. Seuls 76% de l'ensemble des étudiants interrogés, dans le cadre d'une étude du spécialiste RH Randstad ont exercé un job rétribué (contre 84% l'an dernier).Randstad a sondé 1.000 étudiants. 85% de l'ensemble des étudiants interrogés indiquent qu'ils auraient normalement (en l'absence de crise sanitaire) effectué un travail rémunéré pendant les vacances d'été (78%) ou au cours de l'année (72%). Au final, seuls 76% de l'ensemble des étudiants interrogés ont exercé un job rétribué (contre 84% l'an dernier). Le recul par rapport à l'an dernier concerne autant la part des étudiants travaillant pendant les vacances d'été (64% contre 76%) que celle des étudiants employés le reste de l'année (63% contre 70%), explique Randstad.  La crise du Covid a également fait baisser la moyenne des heures de travail prestées. 37% des répondants ayant travaillé l'année dernière indiquent avoir effectué moins d'heures de travail cette année. La perte moyenne représente 48% du nombre total d'heures de travail. La médiane du nombre de jours prestés est inférieure: 30 jours, soit 10 de moins que l'an dernier.  Plus d'un quart des étudiants qui travaillent (26%) n'ont pas de contrat soit 5% de plus que les records en la matière de 2009 et 2019, selon l'étude. Chez les étudiants/élèves de moins de 18 ans pas moins de 43% d'entre eux travaillent sans contrat, soit près du double de 2017 (22%). Enfin, les secteurs qui sollicitent le plus les étudiants sont clairement l'horeca (23%), le commerce de détail (19%) et les services publics/non marchands (10%). Les loisirs (8%) et les entreprises de production (8%) complètent le top 5, "qui n'a d'ailleurs pas subi l'impact du coronavirus et reste inchangé par rapport à l'an dernier".  "La bonne nouvelle, c'est que le marché du travail pour les étudiants se rétablit. Bien que leur nombre soit encore inférieur de 15% par rapport à la même période en 2019, les étudiants étaient plus du double à travailler durant ces dernières vacances de Pâques que lors des semaines de Pâques catastrophiques de l'année dernière. Les vacances d'été s'annoncent également positives puisque les secteurs employant traditionnellement beaucoup d'étudiants - comme l'horeca, les parcs d'attractions ou les cinémas redémarrent", a toutefois relativisé Sébastien Cosentino, porte-parole chez Randstad. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info