David Goffin, vainqueur de l'Américain Opelka estime que jouer sans public l'a avantagé

Publié le à NEW YORK (Etats-Unis)

L'US Open 2020 est une cuvée pour le moins particulière avec des joueurs masqués en permanence sauf pour jouer des matches, sans spectateurs et même sans juges de lignes sur la plupart des courts. Ce "huis clos" provoqué par le Covid-19 n'a toutefois pas porté préjudice à David Goffin, qui s'est sorti d'un match piège lundi soir contre le géant Américain Reilly Opelka, 2m11 sous la toise et 102 kg sur la balance. "Les conditions étaient totalement différentes", a expliqué le Liégeois, vainqueur en quatre sets 7-6 (7/2), 3-6, 6-1, 6-4 du 39e mondial. "Particulièrement contre lui, jouer dans un stade vide représentait un avantage pour moi. Ressentir la pression du public sur mes épaules, voir tout le monde soutenir Reilly, cela aurait compliqué les choses. Remporter un très bon tie-break au premier set m'a fait du bien, car d'habitude, c'est son jardin de gagner 7-6. À partir du troisième set, j'ai commencé à mieux me sentir en retour et je suis enfin parvenu à le breaker. C'était la clé du match. J'ai pris confiance, je me suis relâché et j'ai eu beaucoup d'opportunités jusqu'à la fin". David Goffin, 10e joueur du monde, rencontrera au deuxième tour, mercredi, le Sud-Africain Lloyd Harris (ATP 95), 23 ans. Un match qui sera sans doute plus à sa mesure, au propre comme au figuré, vu que le droitier du Cap, qui a atteint sa première finale sur le circuit à Adelaïde en janvier, ne mesure qu'1m93 pour 80 kg. Entre-temps, David Goffin en profitera peut-être pour flâner dans les allées de Flushing Meadows et suivre quelques matches. "C'est tellement agréable de pouvoir suivre tous les matches, de se promener entre les courts et de regarder un moment important d'un match ou un adversaire que l'on veut voir en direct. La plupart du temps, on ne peut pas sortir, sans quoi on se trouve au milieu de la foule. C'est compliqué. Là c'est vraiment bien. En outre, je bénéficie d'une suite (une des loges du stade Arthur Ashe réservées aux têtes de série, ndlr) et donc je peux regarder le match sur le court central, quand je déjeune par exemple. Je peux aussi suivre les matches de mes compatriotes, pour une fois. Je suis le seul joueur dans le tableau masculin, mais il y a beaucoup de filles. J'irai peut-être voir le match de Kim Clijsters. Cela pourrait être sympa." (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info