Des critiques passées de Biden contre Erdogan suscitent la colère d'Ankara

Publié le à ISTANBUL (TUR)

La Turquie a exprimé sa colère dimanche après la publication d'une vidéo virale dans laquelle le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden critique le président Recep Tayyip Erdogan et appelle à soutenir ses opposants. M. Biden a tenu ces propos lors d'un entretien filmé avec le New York Times en décembre mais la vidéo le montrant en train de critiquer le gouvernement turc a refait surface samedi, embrasant les réseaux sociaux. Interrogé au sujet de la Turquie, le candidat démocrate qualifiait M. Erdogan d'"autocrate", dénonçait sa politique envers les Kurdes et préconisait de soutenir l'opposition. "Nous devrions avoir une approche très différente avec lui, faire comprendre clairement que nous soutenons les leaders de l'opposition", déclarait notamment M. Biden. Il faut, expliquait-il, "enhardir" les rivaux du dirigeant turc "pour qu'ils puissent affronter et vaincre Erdogan. Pas par un coup d'Etat mais par le processus électoral". Si l'interview de M. Biden au New York Times n'avait pas suscité de réaction notable après sa publication en janvier en format écrit, la vidéo a provoqué un tollé en Turquie, où la présidence a vivement réagi. "L'analyse de la Turquie par Joe Biden est basée sur une ignorance pure, de l'arrogance et de l'hypocrisie", a ainsi dénoncé dimanche le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin. "Le temps où la Turquie était menée à la baguette est révolu. Mais si vous pensez pouvoir y arriver, tentez votre chance. Vous en paierez le prix", a-t-il ajouté sur Twitter. Les déclarations de M. Biden ont par ailleurs plongé dans l'embarras les opposants de M. Erdogan car le président turc accuse régulièrement ses rivaux d'être à la solde de puissances étrangères. Plusieurs responsables du principal parti d'opposition, le CHP (social-démocrate), ont d'ailleurs rapidement pris leurs distances, appelant à "respecter la souveraineté de la Turquie". Les critiques de M. Biden présagent aussi une possible dégradation des relations entre Ankara et Washington, déjà difficiles, s'il parvient à défaire Donald Trump à la prochaine élection présidentielle américaine, en novembre. M. Erdogan, qui s'est efforcé ces dernières années de cultiver une relation personnelle avec M. Trump, s'en prend souvent à son prédécesseur, Barack Obama, dont M. Biden était le vice-président. Les rapports entre Ankara et Washington s'étaient tendus sous le deuxième mandat de M. Obama (2012-2016), en raison notamment de désaccords sur la Syrie et des atteintes croissantes aux libertés en Turquie. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info