Des dizaines de foetus avortés enterrés à Rome sans l'autorisation de leur mère

Publié le à ROME (België)

Des dizaines de foetus avortés ont été enterrés à Rome (Italie) au nom de leur mère inscrit sur une croix, sans que ces dernières ne soient au courant. Cette pratique, dénoncée par l'une d'entre elles sur Facebook, fait controverse. Les autorités ont ouvert une enquête sur une éventuelle violation de la vie privée.La mère qui a révélé les faits a écrit sur Facebook qu'elle avait indiqué à l'hôpital où elle avait avorté qu'elle ne voulait pas que le fœtus soit enterré. Quelques mois plus tard, elle a appris qu'il était tout de même enterré dans le cimetière de Flaminio, dans un espace dédié aux enfants qui ne sont pas venus au monde. La femme en question a dès lors exprimé sa colère sur le réseau social, arguant que "d'autres ont enterré mon fils sans ma permission avec une croix, un symbole chrétien pour lequel je n'ai aucune attache, avec mon nom dessus". L'autorité italienne de la protection de la vie privée a ouvert une enquête sur cette "affaire très inquiétante". Elle examinera s'il y a eu violation des lois sur la protection de la vie privée. L'organisation de défense des droits des femmes "Associazione Differenza Donna" a introduit une plainte auprès du parquet de Rome après avoir appelé les mères connaissant des histoires similaires à se manifester. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info