Des journalistes et des activistes cyber-surveillés par un logiciel israélien

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Un logiciel d'espionnage israélien, normalement utilisé par les autorités pour tracer les terroristes et les criminels, a été utilisé pour hacker les téléphones de journalistes, d'activistes ou encore de chefs d'Etat, ressort-il de l'enquête du Projet Pegasus, à laquelle ont participé Le Soir et Knack pour la Belgique.Sous la coordination de 'Forbidden Stories', 16 médias, dont Le Soir et Knack en Belgique, ont eu accès à plus de 50.000 numéros de téléphone sélectionnés comme cibles par des clients de NSO, le géant israélien de la cybersurveillance. Plus de 180 journalistes figurent dans cette liste. Mais aussi treize chefs d'État, des politiques, au moins 85 militants des droits de l'homme, rapporte ainsi Le Soir dimanche sur son site internet. Les journalistes figurant sur cette liste travaillent pour CNN, Associated Press, le New York Times, Wall Street Journal, Bloomberg, Le Monde et le Financial Times, précise Knack.  Une douzaine de numéros belges s'y trouvent également, rapportent les deux médias qui y reviendront dans les jours à venir. NSO, de son côté, affirme n'avoir vendu son logiciel espion qu'à des gouvernements. La société compte 60 clients dans 40 pays, sans autres détails. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info